Publié le Laisser un commentaire

Anatomie d’une paix profonde

Anatomie d'une paix profonde par Roland Perret énergéticien

Je vais essayer de vous décrire une expérience maîtrisée de paix profonde.
En quoi cela peut-il vous intéresser?
Comment une expérience subjective pourrait-elle vous être utile ?
C’est ce que nous allons voir.
De quoi s’agit-il? Imaginez un espace infini de bien-être total, complet qui se superpose aux états de conscience ordinaires, qui permet de vivre différemment tout ce qui nous arrive: une sensation très présente, très intense, de calme insondable qui permet un regard sur les choses et les événements dénués de cette sorte de nervosité de fond, de cette tension permanente qui sous-tend tous nos actes, peut-être voyez-vous ce que je veux dire. Mais avant de vous décrire plus précisément cet océan de lumière, il me faut justifier la validité de mon expérience et en quoi elle pourrait être intéressante pour vous. Le changement d’état de conscience est une expérience que vit tout chercheur un tant soit peu assidu dans ses démarches d’exploration.
La très grande majorité de ces expériences ont un point commun: passer un temps plus ou moins court, elles se dissolvent. Il peut en rester, bien sûr, un aspect psychologique, un aspect rassurant, dans certains cas. Elle peut s’accompagner d’une compréhension de certains concepts ou encore apporter des résolutions à certaines situations. Ces expériences sont tellement variées qu’il est quasiment impossible de les cataloguer. Mais la plupart ont ce point commun: elles s’éteignent, elles sont fugaces et malgré les efforts qu’on peut fournir, elles ne se reproduisent pas, du moins, pas à l’identique.
La reproductibilité de l’expérience est un aspect très important. Vous savez qu’en science,la validité d’une expérimentation n’est acquise qu’à partir d’un certain nombre de fois où l’on a obtenu le même résultat. Nous pouvons, dans une certaine mesure, appliquer cette technique de validation aux expériences spirituelles.
Vous pourriez me rétorquer que les expériences spirituelles sont intimes et propres à chacun.
Certes peut-être, mais quelle est la valeur pragmatique d’une telle vision?
L’instrument de recherche de l’investigateur spirituel, c’est ses perceptions. Si ces perceptions sont subjectives, cela supposerait que nos expériences spirituelles seraient de simples mirages, des reflets un peu étranges de la vie organique de nos cerveaux. Si nos expériences de conscience modifiée n’étaient qu’individuelles et subjectives, il serait impossible que nous puissions espérer accéder à une objectivation de la question spirituelle. Nous ne pourrions pas espérer pouvoir découvrir les lois concrètes des mondes spirituels. Comment pourrions-nous avancer dans la découverte des véritables rapports entre les mondes spirituels et le monde physique, par exemple? Ce type d’expérience subjective a une origine difficile à déterminer. Il peut s’agir de mouvements organiques ou hormonaux. Ce peut être aussi des situations dramatiques ou au contraire euphorisantes, qui provoquent dans notre système psychologique et neuronal des sensations particulières. Une impression non subjective serait, à minima, une expérience reproductible à volonté dans ses résultats, dans ses effets. Elle pourrait ainsi être observée, étudiée, approfondie,certes individuellement, mais dont les caractéristiques observables, peuvent constituer un terrain d’étude.
La reproduction à volonté d’une expérience intérieure a une saveur différente, mais surtout une très grande valeur: celle d’être pratique.
Je vous propose un exemple. Imaginez que vous receviez un e-mail, un mail plutôt désagréable qui laisse supposer, par exemple- mais à tort, bien sûr- que vous êtes quelqu’un de toxique, de peu recommandable. On s’est mépris sur vos intentions ou vos actes et on vous accuse d’être malhonnête, par exemple. Imaginons que vous vouliez répondre à ce mail, tenter d’expliquer, de vous justifier peut-être. C’est un exercice difficile qui demande votre pleine concentration pour ne pas risquer d’envenimer encore plus la situation, et vous sentez bien qu’il y a des pulsions qui montent en vous. Ça pourrait être un sentiment d’injustice, de la colère, de la tristesse, ça peut être toutes sortes d’émotions et ces émotions brouillent votre calme, entament vos facultés de jugement et d’analyse.
Si vous répondez à ce mail sous le coup de ces montées émotionnelles, il y a fort à parier que vous ne feriez qu’envenimer la situation.
Si vous avez un peu de sagesse et de l’expérience de vie, vous pourriez décider de ne pas répondre immédiatement, d’attendre de vous être calmé avant de faire votre réponse. Mais là, dans notre exemple, c’est urgent, le temps compte et il faut réagir de suite.
Imaginez:
Que vous soyez capable de générer cet océan de paix en vous là, à l’instant.
Alors même que vous êtes envahi par ses émotions négatives.
Le résultat serait une sorte de gémellité, une partie de vous, la partie gouvernante est en paix parfaite, goûtant la saveur de cette paix.
Une autre partie de vous, la partie gouvernée, écrit sa réponse au mail.
Cette partie gouvernée, c’est-à-dire qu’on a laissé sa place à son moi supérieur, devient capable, tout naturellement, de trouver les bons arguments de réponse.
Pourquoi? Parce que les émotions négatives sont instantanément dissoutes par l’activité de l’océan de paix.
Il ne s’agit bien sûr là que d’un exemple, mais je suis persuadé, si vous m’avez suivi jusque-là, que vous comprenez l’énorme intérêt de cette génération spontanée de paix sans condition.
Je vais à présent essayer de décrire cette expérience et comment vous pourriez y accéder vous-même.
La technique est simple: vous vous concentrez au milieu de votre tête.
Lorsque vous parvenez à sensoriser, c’est à dire à percevoir avec vos sens, votre centre psychique, vous faites rayonner ce soleil dans votre tête.
Je répète qu’il n’y a pas là de visualisation, mais il s’agit de perception sensible, ce qui est un résultat obtenu généralement après un entraînement adapté.
Je vais vous dire ce que je ressens personnellement dans cette situation.
Cette poussée d’énergie, hors de ma tête, ce rayonnement, ouvre sur un espace que je peux deviner infini.
Un océan de paix.
Oui de paix, parce qu’exempt de toute vibration déformante, de toute émotion stressante.
Mais ce n’est pas une paix d’absence de contenu, c’est une paix consistante,c’est une paix qui se goûte, qui a une saveur.
Dans mon corps, il y a des sensations comme des marqueurs, devant mon front, au centre de ma tête et au-dessus de ma tête. Tout mon corps est dans une décontraction souple, sans tension. Il n’y a pas de pensée qui s’impose.
Mais si ma partie inférieure déploie de la pensée, comme dans l’exemple du mail, elle se déploie avec netteté et ordre sur la page blanche de cette paix qui est intelligence pure.
C’est une sensation extrêmement agréable.
Un océan de paix qui rythme des vagues de paix qui nourrissent, qui enrichissent mon être.
Comment vous décrire ce délice?
Je n’ai qu’un désir, celui d’explorer cet océan.
La plus belle façon d’en parler est le silence. Mais nous risquerions de ne pas nous comprendre.
Alors, bien sûr, ce partage d’expérience que je viens de faire avec vous suppose certaines compréhensions, certains acquis comme la science des centres.
C’est mon propos dans cette série de podcasts de vous dévoiler ses connaissances pour que vous aussi, un jour, puissiez accéder à cet océan de paix.

Roland Perret énergéticien en art solaire.

Publié le Laisser un commentaire

Je ne suis pas un guru

Caricature d'un gourou par Roland Perret Énergéticien.


De nos jours, on taxe facilement de gourou les personnes qui présentent des idées spirituelles.
Surtout celles qui ont l’air de savoir de quoi elles parlent.
Je vous propose de voir ensemble ce qu’il en est et si suis moi-même un gourou.
Qu’est-ce qu’un gourou? en sanskrit, cette ancienne langue indienne, le mot gourou signifie « celui qui dissipe les ténèbres ». C’est ainsi qu’on nommait les mentors, les chefs spirituels, les maîtres en tradition philosophique. Il s’agissait bien d’un titre honorifique à la base, en orient surtout.
En occident aussi, d’ailleurs, on qualifie parfois de gourou des personnalités qui ont rapporté d’importantes évolutions, par exemple technologiques ou sociales. On citera Elon Musk comme un gourou. Bien, mais comment sommes-nous passés d’un terme honorifique à une insulte? Ou à minima pour qualifier quelqu’un de louche et de peu recommandable.
Les abus de certains chefs religieux, de dirigeants sectaires qui ont fait scandale.
Scandales qui ont permis de dénoncer leurs méfaits et de sauver certaines personnes de l’emprise de leurs manipulateurs. Certes, mais par amalgame, le terme de gourou est devenu synonyme d’abus de pouvoir, et l’utilisation renforcée de ce mot par les médias, ainsi que la juste dénonciation de certaines dérives, a malheureusement associé dans l’esprit du public, tout mouvement spirituel à une secte et tout enseignant spirituel a un gourou. Curieusement, jusque-là, nos papes, prêtres, curés, évêques, nos imams, ont échappé à cette qualification de gourous. Mais je ne veux pas faire ici de procès.
La pensée matérialiste qui pose a priori l’inexistence du spirituel va forcément considérer comme douteuse toute pensée à orientation spirituelle. Évoquer la seule notion d’âme, par exemple, peut élever nombre de boucliers de suspicions. La présentation d’une vision du monde qui inclut la dimension énergétique ou qui conçoit, par exemple, des univers parallèles, sera étroitement surveillée, voire condamnée, par les tenants de la religion actuelle qu’est notre matérialisme. Je ferai la démonstration dans un autre podcast, de ce que j’affirme ici.
Revenons à la notion de gourou. Il nous faut donc faire la différence entre un enseignant spirituel intègre et un enseignant spirituel qui serait un gourou. Celui qui est animé par le service à l’humanité, celui qui cherche le bien commun et qui propose des services d’aide à autrui s’oppose au manipulateur qui cherche son unique profit au détriment de la crédulité de ses victimes. L’enseignant spirituel intègre n’est pas forcément dans le juste. Il peut voir des personnes qui le suivent, mais il peut se tromper, être rempli de croyances, il peut manquer de pragmatisme.
Cependant, le traiter de gourou serait une marque de manque de discernement.
Qu’est-ce qui caractérise justement un gourou? Qu’est-ce qu’on veut dire par ce terme ?
Il y a deux grands aspects qui caractérisent celui qu’on appelle un gourou au sens négatif du terme. Il y a d’une part l’appât du gain.
Là, je pense qu’il n’est pas nécessaire de développer plus avant. Nous parlons tout simplement d’escroquerie et de mensonges.
D’un autre côté, il y a ce qu’on pourrait appeler de manière générale, le pouvoir. C’est plus subtil, plus difficile à reconnaître.
Tout penseur éloquent a de l’influence. Tout philosophe pertinent peut subjuguer les foules.
Alors le contenu du message ?
Il faut étudier avec rigueur la teneur d’un enseignement pour pouvoir se faire une opinion. Ça demande du temps. La taille de l’audience n’est pas plus un critère. Ce n’est pas le nombre d’oreilles qui fait la valeur du propos.
Il s’agit donc bien plutôt de vérifier la qualité des intentions de celui qui enseigne.
Ah oui, mais alors comment reconnaître les intentions d’un enseignant spirituel?
Un véritable enseignant spirituel digne de ce nom a appliqué ce qu’il enseigne et se doit donc d’avoir une maîtrise et un équilibre psychologique.
J’y reviendrai avec beaucoup plus de précision dans un autre propos. Mais pour résumer, disons qu’il est exempt des tares grossières comme le besoin de reconnaissance, la soif de pouvoir sur autrui. Il maîtrise sa nature et n’a pas de pulsions malsaines.
C’est donc en définitive en étudiant le comportement de l’enseignant, ou de celui qui se pose comme tel, qu’on pourra se faire une opinion sur ses intentions. Ce n’est certes pas chose facile.
Personnellement, avant de m’engager plus avant avec un enseignant, j’observais ses élèves, les personnes sur qui il exerçait son influence. Là, je pouvais voir s’il y avait une sorte de formatage, d’uniformisation de la pensée ou si, au contraire, on pouvait constater un épanouissement, voire une nette croissance et une évolution des individus.
Le titre de ce podcast propose une auto-analyse. Suis-je moi-même un gourou?
Ce qui pourrait être intéressant aussi, si vous êtes dans une position d’enseigner, par exemple, de vous poser vous-même les mêmes questions. Bien sûr, si cela vous intéresse. Mais en attendant, je me pose la question à moi-même.
Il y a donc la question de l’appât du gain.
Si je m’observe, en ce qui me concerne, la réponse est facile.
Je demande dix euros pour une séance de travail énergétique que j’estime de haute qualité. Difficile de parler de vénalité. À côté de mon activité d’énergéticien, je suis un artiste peintre qui a eu la chance de faire une belle carrière et qui a une vie modeste mais confortable. De plus, je suis retraité encore actif par plaisir dans ce domaine et je n’ai pas besoin de gagner de l’argent.
D’ailleurs, si je voulais gagner plus, ce n’est certainement pas dans le domaine de l’énergétique que j’ai exercerais. Ce sont des informations faciles à vérifier. De nos jours, il suffit de taper un nom sur internet.
Il n’y a pas que l’appât du gain, comme nous avons vu, il y a les autres aspects, comme la soif de pouvoir, de reconnaissance, le besoin de séduction, le désir d’avoir de l’influence. Donc, là aussi, il s’agit de faire un petit peu une analyse de soi sincère.
De par ma carrière plutôt brillante d’artiste, j’ai eu mon lot de compliments et d’admirations. Si ces choses ont certainement été des encouragements dans ma jeunesse, mon âge, j’ai soixante neuf ans (nous sommes en 2024) me permet de sourire devant ce soupçon de besoin de notoriété. De plus, je sais pertinemment que de s’exposer ainsi au public est plus source de tracas et de pollutions relationnelles que cela n’a davantages.
Donc, non, soif de reconnaissance, de pouvoir de séduction, non. il y a d’autres motivations plus profondes et plus intéressantes qui, il me semble, m’animent. Alors, il y a un autre aspect de la question: il peut y avoir la vanité, l’orgueil, le sentiment de supériorité.
Ah là, c’est encore plus difficile à discerner. Il faut bien se sonder pour éventuellement déceler des traces de ce type de biais. Je pense qu’une personne qui sait vraiment écouter- je dis vraiment écouter, bien sûr- ne sera pas dans l’orgueil. Je pense que si cette même personne est sincèrement capable de se réjouir du bonheur ou de la guérison de l’autre, n’a pas vraiment de sentiment de supériorité.
C’est finalement une question d’intelligence, d’observation de soi.
Alors il peut y avoir encore un autre aspect:
La pure bêtise.
Vouloir se faire passer pour ce que l’on n’est pas, parler de ce qu’on ne sait pas, faire croire que l’on sait quelque chose alors qu’on l’a juste lu. Se permettre des opinions sans avoir pris le temps de l’analyse.
Faire semblant d’être rempli de sagesse en noyant le poisson dans du verbiage. Là, il est question de rigueur, d’attitude mentale intègre et, encore une fois, de vigilance.
Voilà, alors peut-être trouverez-vous d’autres caractéristiques à prendre en compte dans cet examen de conscience.
N’hésitez pas à me les mettre en commentaires.
En conclusion, en ce qui me concerne, je considère que je ne mérite pas le qualificatif de gourou et je me permettrai de rejeter ce genre d’accusation comme la marque d’un jugement hâtif et non pertinent.

Publié le Laisser un commentaire

Présentation de l’art solaire

Présentation de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

 La pratique solaire consiste en l’éveil et le développement des trois centres fondamentaux en l’homme : le centre psychique, le cœur solaire et le hara. Il s’agit à la fois d’une voie qui amène l’équilibre sur le plan de la personnalité avec la maîtrise psychologique, une véritable éclosion de l’être spirituel en nous, notre double, ainsi que la réponse la plus pragmatique à la question de l’évolution de l’espèce humaine.

Publié le Laisser un commentaire

Le Chi-Kong solaire illustré, commenté et audio

Description du Chi-Kong solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Le chI-kong solaire

Les mouvements de Chi-Kong traditionnel se font à partir du Hara, le centre du ventre. Si certains mouvements sont identiques à la tradition, comme les phases d’harmonisation et de latéralisation, le Chi-Kong solaire diffère sur deux points:

-Le premier point est qu’il s’opère à partir du centre du cœur.


Dès le démarrage des exercices, la main se pose sur le sternum et il s’agit de « respirer avec le cœur ». Après la phase d’harmonisation, la visualisation d’un soleil entre les mains qu’on incorpore dans le centre du cœur est un renforcement puissant de la sensorisation du soleil intérieur.

 

-Le deuxième point est qu’il s’agit d’un Chi-Kong libre.


Ce Chi-Kong peu connu est extraordinaire de souplesse. Il s’agit d’opérer des mouvements « quelconques » en douceur, des gestes et des attitudes du corps au « feeling », sans à-coup, centré sur la perception, ou tout au moins la visualisation de l’énergie dans les mains ou à un niveau global. Le Chi-Kong libre solaire est une danse de lumière qui nous apprend à nous mouvoir avec le cœur solaire, prélude à la permanence du centrage du soleil intérieur dans notre quotidien.

Roland Perret
Énergéticien en art solaire

En bas de cet article, vous trouverez une guidance audio pour cet exercice.

Phase 1 INTRODUCTION

  •  Écarter les pieds de la largeur des épaules. La main droite sur le cœur, au niveau du sternum. La main gauche levée paume vers le haut.
  • Inspirer l’énergie-lumière avec la main gauche.
  • Expirer l’énergie-lumière dans le cœur solaire sous la main droite.
  • Durée 1mn 
  •  2  Inspirer l’énergie dans le cœur.
  • Expirer l’énergie dans le cœur
  • Durée 2mn
  • 3  Ouvrir les bras, paumes vers le haut. Aspirer l’énergie par les deux mains.
  • Durée 20s.
  •   Descendre les mains en position basse dans l’expir.
  • Durée 10s.
  • 5  Sensoriser une sphère énergétique entre les mains. Faire des mouvements de pulsations pour la ressentir.
  • Durée 1mn

Garder la sensation du cœur solaire tout le long de l’exercice complet

Phase 2 HARMONISATION

  • 6  Mains en position basse, paumes vers le haut. Les doigts ne se touchent pas.
  • 7 Lever les mains. Coudes à hauteur des épaules
  • Durée 5 à 10 s.
  • 8 Légère suspension du souffle
  • Durée 4 à 5 s.
  • 9 Pivoter les mains vers le bas
  • 10 Descendre les mains en position basse
  • Durée 5 s.
  • 11 Légère suspension du souffle
  • Durée 4 à 5 s.
  • -Monter et descendre plusieurs fois

Durée totale de l’harmonisation au minimum 5mn

Phase 3 LATÉRALISATION

  • 12 Les mains pointent vers le bas.
  • 13 Pivoter les mains vers l’intérieur.
  • 14 Écartez les bras sur les côtés en inspirant.

 

 

  • 15 Ramenez les bras vers l’arrière. Pivoter les mains à la fin de l’inspir.
  • 16 Ramener les bras vers l’avant en expirant.
  • 17 Pivoter les mains et recommencer.

Opérer ce brassage plusieurs fois
Durée au minimum 5mn

Description du Chi-Kong solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Phase 4 CHI-KONG LIBRE SOLAIRE

  • 18 Remonter les mains à hauteur de poitrine.
  • 19 Visualiser une sphère lumineuse, un soleil.
  • 20 Compresser ce soleil, surtout à l’expir en le ramenant vers le cœur.
  • Durée 5mn minimum
  • 21 Finir avec les mains sur le cœur
  • Le soleil est incorporé dans la poitrine.
  • Durée 3 mn minimum
  • 22 Passer au chi-kong libre : des mouvements harmonieux au senti de chacun, centré dans le cœur solaire et dans la perception de l’énergie. Danser avec le cœur ».
  • Durée 10 mn minimum
  • 23 Finir avec les mains en descente et en expirant.
  • Durée 1 mn

Guidance audio du chi-kong solaire

Merci beaucoup à Marie-Françoise Nguyen d’avoir fait ce montage en podcast pour faciliter l’apprentissage de ce chi-kong. Vous pourrez trouver sa chaîne YouTube ICI

Publié le Laisser un commentaire

Le triangle des Maîtres incarnés

Le triangle des maîtres, pratique solaire par Roland Perret Énergétician. revelationducœur.com

Comment choisir un enseignant spirituel

Lorsque dans sa vie un être se tourne vers le spirituel, c’est souvent à la suite d’une prise de conscience. C’est un retournement profond qui est vécu la plupart du temps après une longue errance. Il est attristant de constater que ces nouveau-nés dans la recherche spirituelle s’engouffrent très souvent dans des voies qui ne leur apportent pas vraiment ce qu’ils cherchent au plus profond de leur cœur. Rejetant un monde contemporain dénué de hautes valeurs, ils s’imaginent, dans leur naïveté et leur candeur, trouver enfin dans la pléthore de voies spirituelles proposées par la société, un univers forcément clair et lumineux qui ne peut que les amener vers leur but.

Mais quel but ?

Les traditions spirituelles parlent d’éveil ou de transfiguration. Les plus grands enseignants évoquent des réalisations qui touchent à la surhumanité. En Occident, cette culture du transcendant est oubliée de nos jours et peu de chercheurs ont ces objectifs élevés en ligne de mire. Et parmi les rares êtres qui conçoivent un tant soit peu ces hautes réalisations, la plupart considéreront ces objectifs comme hors de portée dans leur vie présente. Il faut bien dire qu’on ne sait plus trop bien de quoi il retourne… L’éveil ? Mais de quoi parlons-nous ?
Alors on met la barre moins haut. Et on va se trouver intelligents et humbles à renoncer à des objectifs qui après tout sont peut-être des mirages et se tourner vers des buts plus prosaïques
L’éveil des Maîtres va devenir un soi-disant éveil à une nourriture plus saine, un éveil à la nature, à l’écologie, au mieux-être, un éveil politique où on va peut-être changer de bord, un éveil du corps avec les dernières techniques à la mode et ah oui aussi cette merveilleuse illusion à la participation à un éveil global qui nous promet enfin une réelle et définitive résolution aux problèmes planétaires… !
Les véritables enseignants ne voient là que de louables futilités, observant l’humanité immature passer simplement d’un jouet à un autre, comme de simples modifications fluctuantes aux allures de progrès dans le médiocre effort de l’homme pour s’élever hors de sa condition.
L’éveil est à la mode et pourtant peut-être bien n’avons-nous jamais été autant éloignés du principe de l’Éveil.
Comment s’y retrouver dans ce marché de l’âme avec ses étalages scintillants de fausses lumières ?
Il y a ceux qui foncent tête baissée dans un système philosophique ou religieux, pensant naïvement que chacun se valent. L’essentiel leur paraît alors être l’engagement. Et puis, peu à peu, Ils se trouvent coulés dans un moule de principes et de notions qui les habitent et se meuvent à leur place. Le chercheur de vérité ne cherche plus la vérité, il en a trouvé une, enfermante mais après tout confortable…

Moi, je n’ai pas de maître !

Il y a ceux qui devant autant de voies qui menacent d’être des pièges, pensent que le positionnement le plus intelligent est de n’avoir aucun enseignant.
Pauvres fous !
Je peux l’affirmer, j’ai fait partie de cette race-là. De caractère indépendant, autodidacte dans mon métier de peintre, j’ai naturellement pensé que cette voie était la meilleure, celle qui m’empêcherait de tomber dans une impasse ou une secte. J’ai confondu l’intelligence avec l’orgueil. Certes, j’ai avancé dans ma quête en lisant beaucoup, en rencontrant des enseignants, j’ai fait mon marché, prenant ici et là ce qui me convenait, rejetant le reste. Et puis là aussi, l’impasse.

Pourquoi ça ne marche pas ?

Parce qu’on ne peut acquérir une chose que si elle nous est accessible.
Comment pourrais-je découvrir un « autre chose », un « ailleurs », un véritable éveil si je ne rencontre pas un être qui le possède, qui l’incarne ?
Je pensais naïvement que si je rentrais assez profondément en moi je rencontrerais ce que je cherche. Je suis allé loin dans cette manière de faire et ai découvert beaucoup de trésors. Mais seul, on ne sort pas de soi, on ne trouve toujours que soi.

Le critère du véritable enseignant spirituel

Seul un maître, c’est-à-dire un être qui a réalisé l’autre en soi, est capable de vous amener à la découverte de l’autre en vous, à condition qu’il accepte d’endosser le rôle ingrat de l’enseignant.
Travailler avec un maître authentique, c’est d’abord conserver et cultiver sa liberté intérieure.
C’est parfois accepter d’expérimenter des manières de faire qui peut-être ne plaisent pas à mon petit caractère. Le changement est forcément toujours à ce prix. Ce n’est plus faire son marché, en rejetant ce qui ne me plaît pas, mais étudier et approfondir avec acuité les notions et principes proposés. Le rapport au maître est un rapport de respect et non d’asservissement ou de dévotion. Aucun apprentissage n’est possible sans le respect. Aucune nouveauté ne peut apparaître en vous si vous ne vous ouvrez pas à un être qui manifeste la nouveauté. Cherchez les hommes nouveaux, les êtres qui témoignent d’un comportement hors normes.
Voilà ce qui devrait être le critère du choix de votre enseignant :
La manifestation irréfutable chez cet être de ce à quoi vous aspirez au plus profond de votre cœur.

Mais comment reconnaître un véritable maître ?

On peut observer le comportement d’un enseignant mais il ne faut pas oublier non plus qu’un être libéré n’a plus les mêmes critères ni les mêmes relations au monde que nous et peut avoir un comportement à nos yeux incompréhensible. Je vous conseille donc plutôt d’observer les effets de son enseignement sur ses plus proches élèves. Sont-ils asservis ? Sont-ils appauvris ? Où sont-ils grandis, épanouis et joyeux ? Un enseignant, ce sachant l’objet de l’attention, peux faire bonne figure mais comme on reconnaît un arbre à ses fruits…
Évitez les enseignants qui vous disent que tout est déjà réalisé en vous et qu’il suffit de le comprendre. Il s’agit d’enseignants qui ont accompli ce qu’on peut appeler un éveil psychologique. C’est un piège mental confortable. Ces personnes ne démontrent jamais de puissance énergétique et rejettent avec dédain des manifestations dont elles sont bien incapables.
Les capacités énergétiques sont des preuves de transformation authentiques lorsqu’elles ne sont ni génétiques ni obtenues par des rituels.
Les « dons » c’est à dire les capacités liées à la génétique peuvent très bien être développés sans que l’individu soit transformé. Ainsi, un clairvoyant par exemple peut très bien faire montre de ses talents sans avoir amené son évolution intérieure à un haut niveau éthique.
Les rituels, qu’ils soient religieux ou par exemple ceux du chamanisme ou du Reïki, sont des opérations qui lient le pratiquant à des entités éthériques. Le rituel est un raccourci qui évite le véritable effort spirituel. Il permet certes certains résultats, voire des miracles, mais Il s’agit toujours d’une alliance avec des êtres invisibles qui ont malheureusement leurs propres intérêts, tout en se faisant passer pour des êtres magnifiques. Dans le deuxième monde, tout se paye…

Le triangle des maîtres

On reconnaît un Maître par les manifestations d’un triangle:
Les sommets de ce triangle sont les centres activés du cœur, de la tête et de la main.
Les côtés de ce triangle sont les relations fermes et établies entre ces sommets.
Le centre du cœur est la manifestation qualitative de l’être spirituel.
Le centre de la tête est la manifestation de l’intelligence et de la volonté de l’esprit immortel.
Le centre de la main (des mains) est la manifestation du pouvoir de l’énergie spirituelle.
S’il manque un de ces éléments, nous n’avons pas affaire à un maître.
Son cœur manifeste-t-il réellement l’intention de vous faire grandir ?
Sa tête exprime-t-elle réellement un enseignement vivant et libérateur?
Sa main opère-t-elle réellement des transformations dans votre âme ?
Vous avez quatre corps : physique, énergétique, émotionnel et mental. Si vous parvenez à associer ces quatre éléments au triangle supérieur, vous manifestez le septénaire, la marque de l’homme accompli, vous devenez vous-même un Maître.

Roland Perret Énergéticien en art solaire

Publié le Laisser un commentaire

Le cœur solaire éveillé

Le cœur solaire éveillé par la pratique solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

LE CŒUR SOLAIRE ÉVEILLÉ

Il y a vraiment une transformation possible pour l’ être humain. Ce n’ est pas une illusion de plus ou une vision abstraite et chimérique.
C’est une modification radicale au niveau de la personnalité qui est envisageable. Plus précisément, c’ est une révolution sur le plan vibratoire.
Le taux vibratoire détermine la qualité de nos états de conscience. Ceux-ci sont en rapport direct avec nos capacités de bien-être et de bonheur dans notre vie incarnée. La qualité de ce taux est aussi en relation intime avec ce que nous vivrons après la dépose de notre corps physique. Parce que la «matière» macrocosmique, celle des mondes éthériques, répond automatiquement à nos états vibratoires. Tout comme les rêves qui sont le reflet de notre subconscient, la qualité de notre vécu sur le plan vibratoire post-mortem dépendra de notre capacité de gestion de notre taux vibratoire.
On peut dire que notre capacité à modifier et à améliorer nos états d’être est notre bien le plus précieux, quel que soit notre environnement, quelque soit la dimension dans laquelle on se trouve.
Ce taux vibratoire individuel est en rapport direct avec l’intensité de conscience que nous sommes en mesure de déployer. Il est très utile de découvrir une certaine mobilité, une certaine liberté, dans nos états intérieurs. Améliorer la qualité de nos pensées et de nos sentiments est indispensable, si l’ on souhaite atteindre le bonheur inconditionnel ou que l’ on cherche à répondre avec profondeur, et par des actes, à la question du pourquoi de notre existence.

LE TAUX VIBRATOIRE

Le taux vibratoire est la clé du mystère essentiel de nos existences.
Notre corporéïté comporte un programme de déploiement. C’est la raison première de l’incarnation, qui fait de nos corps des cosses, enveloppant la graine de notre origine première.
C’est l’ adéquation à un taux vibratoire provenant d’une surnature qui peut permettre le déclenchement de ce processus. Cette énergie-lumière doit progressivement pouvoir être maintenue pour enclencher les différentes phases de ce qui a été appelé «transfiguration».
La guérison de nos grisailles ou de nos noirceurs est implicite dans cette élévation de l’âme.
Une fois qu’une certaine quantité d’énergie-lumière a pu enfanter le foetus solaire dans le cœur, la personnalité ordinaire devient capable de s’ effacer sous l’ effet de la splendeur vibrante du champ solaire. Les vibrations-lumière imprègnent autant la psyché que les cellules et tout l’ être devient un soleil vivant. Le cœur vibre intensément dans une paix profonde, empreinte de la noblesse des hauteurs. Les mains deviennent instantanément des émetteurs puissants, capables de transmettre une partie de ce taux vibratoire à une autre personne. Celle-ci saura recevoir ces émanations salutaires pour la stimulation de sa propre croissance.

Roland Perret Énergéticien