Posted on Laisser un commentaire

Sortir du piège – Le sceau de Salomon

Le sceau de Salomon, l'hexagramme, nous montre une voie de délivrance pour échapper à la sphère réflectrice.

L’homme est en prison et c’est un piège spirituel.
Explication.
L’homme est issu du monde divin. De ce fait, il a en lui une liaison fondamentale avec le monde divin.
Il y a une programmation active et vivante depuis les hauteurs jusque dans la conscience humaine. Ce flux informationnel traverse de nombreuses strates jusque dans la densité de la matière.
Il y a deux strates qui sont très importantes pour nous. La strate mentale (plus exactement le mental inférieur) et la strate émotionnelle 
La faiblesse des capacités mentales et le manque de gestion harmonieuse des capacités émotionnelles de l’homme ont pour conséquence l’incapacité d’intégrer les informations des strates élevées du monde divin. Ce flux est destructeur pour la faible constitution de l’homme qui n’a pas une structure viable pour supporter ces vibrations élevées.
Pour s’en protéger, l’homme diffracte, dilue, atténue et déforme le flux informationnel.
Les deux strates, mentale et émotionnelle forment un monde miroir, appelé sphère réflectrice par la tradition. Elles ne réfléchissent plus les informations de la réalité divine mais au contraire relayent des pensées et des émotions illusoires.  
Ces illusions sont entretenues par les entités vivant sur ces plans et influencent directement l’homme. Les pensées et les émotions diffractées en très grand nombre ont créé des agglomérats appelés égrégores.
Ceux-ci, n’ayant pas d’origine réelle, divine, ont besoin pour se maintenir des énergies mêmes qui les ont créés. Par exemple, l’égrégore  de l’alcoolisme encouragera l’homme à assouvir sa passion. Les énergies libérées par l’alcoolique retourneront nourrir l’égrégore de l’alcoolisme qui devient de plus en plus puissant dans son influence. 
Le plus important, pour les mondes invisibles est que l’homme passe à l’acte. Pourquoi ?
L’homme, incarné dans la dimension physique, peut se symboliser par  un triangle tourné vers le bas. En haut, les pensées et les émotions, la pointe tournée vers l’acte. 
Les actes de l’homme, du fait de la densité de la matière, ont des répercussions puissantes sur tous les mondes. Au lieu de revenir nourrir leur véritable origine, les actes, sous l’influence de la diffraction vont nourrir les égrégores.
C’est ainsi que l’homme est prisonnier des mondes invisibles. La très haute intelligence de ces entités irrégulières leur permet de maintenir l’homme dans l’illusion de sa liberté de penser et de ressentir.
Ne croyez pas que ces êtres veulent la perte de l’homme pas plus qu’un fermier ne voudrait la perte de son bétail. Elles ont besoin de vivre cachées parce que la conscience de leur présence peut-être pour elles un feu brûlant. Leur négation par l’avènement du matérialisme est une de leurs armes principales. Actuellement, par le fait de la diffusion massive et quasi instantanée des idées et des émotions par Internet, elles sont plus puissantes que jamais. 
On distingue deux classes de ces entités : les ahrimaniennes et les lucifériennes.
La classe ahrimanienne provoque la guerre, la haine, le meurtre et toutes les formes d’inimitiés autant dans les relations, de couple par exemple, qu’entre des nations.
La classe luciférienne exalte l’homme, le poussant à des réactions illusoires et idéalistes. Rêvasser, commenter sans fin les actualités, refaire le monde, sont des activités dont l’inutilité joue le jeu de ces entités. Par exemple, être outré par un crime de guerre sans pouvoir poser un acte réel et juste crée une frustration. Comme aucune énergie ne se perd, cette frustration va retourner nourrir l’égrégore de la guerre. Ainsi, créer par exemple un organisme pour la paix mondiale est une autre manière d’alimenter cette roue infernale. En effet, ce qui est vraiment important, c’est le contenu de l’âme, les pensées et les émotions, qui va déterminer la véritable influence de l’acte. Or, toute énergie négative, même bien-fondée socialement, va alimenter la négativité.
Le piège est redoutable. Les égrégores bénéficient de milliers d’années d’expérience. Sachez qu’ils peuvent lire l’inconscient de l’homme comme un livre ouvert et que de plus ils sont polymorphes. Ils peuvent apparaître sous la forme qui correspondra le mieux au but qu’ils se sont fixés. Que ce soit Jésus, la Vierge, Mahomet, un ange, un animal gardien ou un diable, ce sera toujours selon selon les croyances dans un but d’asservissement.
Alors que faire ? Comment s’échapper du troupeau ? 
Si un homme parvient à éradiquer les pensées et les émotions diffractées dans ses corps subtils, il accédera au flux informationnel de la Réalité. Ses actes justes s’inscriront dans la sphère subtile et permettront à d’autres consciences d’y accéder.
Il doit créer en lui un triangle la pointe tournée vers le haut. Il doit se créer un corps de lumière. C’est ainsi que le sceau de Salomon, avec ses deux triangles imbriqués est le symbole de ce qu’il y a à accomplir.
Il doit user de l’élément feu de sa volonté libre pour élever son niveau vibratoire et ainsi transformer ses pensées en intelligence et ses émotions en sagesse. C’est alors un acte qui est clairement tourné vers le divin.
Ainsi se forme l’étoile de David et tout homme qui se veut sage et libre est dans la nécessité d’y tendre.
Vers quelle pratique se tourner ?
Dans leur malignité, les égrégores nous proposent aujourd’hui des centaines de voies et nous susurrent à l’oreille que tous les chemins mènent à Rome et qu’il suffit d’écouter la voix de ses préférences. Mais bien sûr, nos préférences personnelles, liées à nos pensées et à nos émotions diffractées, sont programmées de manière à ce que jamais nous ne puissions nous échapper du troupeau…  Il leur suffit de lâcher en nous les petites sucreries des extases ou autres illusions d’avancement.
Alors ?
Alors, il faut étudier et chercher. Il y a eu de véritables Maîtres qui se sont incarnés pour nous montrer la voie.
Personnellement, je n’ai foi qu’en l’activation directe des centres de la tête ou du cœur par la volonté consciente. Pas d’alliance avec des êtres dont je ne connais pas les véritables intentions. Pas de rites magiques dont je risque de payer très cher les récompenses dans l’au-delà.
J’ai choisi la voie de l’activation du cœur solaire parce que j’en éprouve pragmatiquement les effets libérateurs. 

Il s’agit de se hisser hors de la boue par la force de son esprit et de son cœur, dans le feu de la volonté et de la joie.

Roland Perret
juin 2022

Posted on 4 commentaires

papier carbone, eau et lumière

Récit d'un rêve initiatique décrivant les étapes du nettoyage des conditionnements par Roland Perret, énergéticien en art solaire.

Je désire partager avec vous un rêve étrange, un de ces rêves où on peut avoir le sentiment d’avoir été enseigné. Souvent, au réveil, la bizarrerie de nos rêves est jugée dans l’instant comme absurde et inutile par notre mental conscient. Mais parfois, le sens jaillit comme une évidence en un éclair, ou plus souvent en une succession d’éclairs, qui sont autant de révélations.
De ce rêve, il ne m’est resté certainement que des bribes , tant il est bref, le voici :

« Un bloc de papier carbone noir doit être mâché pour faire de l’eau. Et alors l’eau permettra un espace de lumière. »

Je vous avais dit que ce rêve était étrange… Son sens initiatique m’est apparu de manière synthétique avec le décodage de chacun de ces trois éléments.

Le papier carbone
Peut-être que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent pas le papier carbone.
Il s’agit de feuilles très fines encrées en noir ou en bleu qui servaient à la copie des documents avant l’invention de la photocopieuse. On les utilisait dans les machines à écrire pour doubler le document, mais on en trouve toujours parce que ces feuilles sont très pratiques pour le transfert des tracés de patrons en couture. Je m’en sers personnellement dans mon travail artistique pour transposer mes dessins sur le bois massif.
Autant dire que ça ne se mange pas ni ne se mâche… !
Le carbone avec sa couleur noire est le symbole par excellence de la matière à transformer. Tout comme le plomb, les alchimistes cherchaient à transmuter le charbon en or.
Nous transformons le gaz carbonique des végétaux pour respirer.
C’est l’image d’un résidu noir, compact, d’une scorie qui ne peut demeurer dans nos corps sous peine de mort.
C’est donc quelque chose de noir à éliminer en nous… par exemple une tendance négative récurrente.
Mais pourquoi un bloc de papier carbone ?
Rappelez-vous que ces feuilles permettent la copie. Nos ombres, pour beaucoup, sont « copiées » depuis une source quelconque dans la densité de notre corps émotionnel. Nombre de nos problématiques proviennent de nos conditionnements. Et qu’est-ce qu’un conditionnement, sinon la copie d’un programme étranger à notre vraie nature ?
Il en va ainsi de certains comportements hérités de nos parents dont on voudrait pouvoir se débarrasser. Il en va ainsi de certaines habitudes négatives prises au cours de notre éducation ou issues de l’influence de notre environnement…
Nous sommes emplis de duplicatas obsolètes qui nous empêchent de vivre des relations harmonieuses ou tout simplement d’être nous-mêmes, vraiment.
Et donc, le rêve dit de mâcher ces feuilles de carbone jusqu’à en faire de l’eau.

L’eau
Gandhi conseillait de « boire ce que l’on mange ». Une parfaite manière de se nourrir serait de liquéfier nos aliments solides et de ne les avaler que lorsqu’ils sont liquides, imprégnés complètement de nos sucs salivaires.
Le rêve propose de transformer le carbone en eau. L’eau est la fluidité, la transparence. Tout l’opposé du carbone ! L’eau désigne le niveau énergétique des quatre éléments fondamentaux constituants de la nature et de l’homme. Elle nous parle de l’éthique et de sa fluidité, de sa circulation qui devrait être libre.
Mâcher jusqu’à rendre liquide serait alors d’abord prendre conscience de la programmation solidifiée, puis la retourner en soi, la digérer pour en reconnaître sa véritable nature jusqu’à sa libération, sa dissolution.
L’eau doit couler entre les êtres, c’est alors que s’ouvre un espace de lumière.

L’espace de lumière
Le rêve nous parle de relations, avec les autres et aussi avec nous-mêmes.
Si l’espace intérieur est fluide comme l’eau, alors une relation de paix, d’amour, de sérénité, de justesse devient possible.
J’ai réalisé, au sortir de ce rêve, combien étaient précieuses nos relations. J’ai saisi à quel point nous étions dans un espace lumineux, lorsque nos rapports sont vraiment harmonieux.
Nous autres, chercheurs, espérons trouver la lumière dans nos techniques, dans nos lectures, dans nos enseignements, dans nos prières et ne réalisons pas toujours que ce à quoi nous aspirons est là, si proche, dans notre relation juste à l’autre.
« Car là où il y en a deux ou trois assemblés en mon Nom, je suis là au milieu d’eux… »
Cette phrase a pris désormais un nouveau sens pour moi.

La veille au soir de ce rêve, j’avais regardé un excellent film sur ma tablette. Sans doute y a-t-il un lien avec le rêve, parce que ce film traite justement de cela, à condition de le regarder attentivement.
Son titre est « Le Discours » de Laurent Tirard (2020).
Si vous avez la curiosité de voir ce film très drôle, soyez attentif au dénouement, quand le héros parle de la « tarte mal tournée » de sa sœur, s’extirpant de ses peurs et de ses projections et qu’un espace de bien-être, de lumière, s’ouvre enfin.

Puissiez-vous mâcher vos charbons, que l’eau de vos relations s’écoule dans un espace de lumière !

Roland Perret
Énergéticien en art solaire.

Posted on 2 commentaires

Que dit le sable…?

Maître, comment atteindre le vrai bonheur ? Dès que je pense l’avoir trouvé, il s’écoule entre mes doigts comme du sable…
Le vieil homme, après un court moment de silence, plissa les yeux dans son sourire.
Et que te dit le sable…? 
Je ne comprends pas, Maître ? 
Que te raconte ce sable qui s’écoule, l’évanouissement de ce bonheur ?
Le disciple réfléchit : Que le monde est cruel et notre condition misérable, répondit-il.
Tu ne sais pas écouter le sable !
Le disciple, un peu surpris, parvint néanmoins à se concentrer davantage. Puis, son regard s’éclaira: 
Le sable nous parle de l’impermanence de toutes choses dans ce monde !
Tu ne fais que réciter une leçon, tu n’écoutes toujours pas le sable ! le rabroua le Maître. Quelle est la réalité cachée de ce monde ?
Le divin, Maître. Le divin est le créateur de ce monde et l’intelligence cachée dans les choses et les êtres.
Bien. C’est donc le divin qui fait couler le sable entre tes doigts. Et que te dit-il ?
Cette fois-ci, le disciple prit le temps d’un plus long silence.
Je comprends maintenant Maître. Quand je suis heureux, le divin me parle: il me dit que le bonheur existe. Quand le bonheur m’échappe, c’est le divin qui me parle encore : il me dit que je me trompe de manière.
C’est cela. Le divin te fait savoir avec son amour infini qu’il y a un bonheur plus grand qui t’attend. Un bonheur sans faille, éclatant comme un soleil d’éternité.
Quel est donc ce bonheur parfait, Maître ?
C’est le divin lui-même qui te tend ses bras.
Mais comment l’atteindre, où est-il, comment faire ?
Disciple, tu l’as dis toi-même, il est caché en toutes choses… 
S’il est caché en toutes choses… il est caché en moi. Le sable me dit que le bonheur que je cherche n’est pas dehors, mais bien en moi.
Oui, mon cher disciple, il te faut allumer la flamme du bonheur secret de ton coeur.
Merci Maître, j’ai entendu la voix du sable.
Ils continuèrent tous deux leur paisible promenade au bord de la mer.

Roland Perret, disciple du sable

Posted on Laisser un commentaire

Le triangle des Maîtres incarnés

Le triangle des maîtres par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Comment choisir un enseignant spirituel

Lorsque dans sa vie un être se tourne vers le spirituel, c’est souvent à la suite d’une prise de conscience. C’est un retournement profond qui est vécu la plupart du temps après une longue errance. Il est attristant de constater que ces nouveau-nés spirituels s’engouffrent très souvent dans des voies qui ne leur apportent pas vraiment ce qu’ils cherchent au plus profond de leur cœur. Rejetant un monde contemporain dénué de hautes valeurs, ils s’imaginent, dans leur naïveté et leur candeur, trouver enfin dans la pléthore de voies spirituelles proposées par la société, un univers forcément clair et lumineux qui ne peut que les amener vers leur but.
Quel but d’ailleurs ?
Les traditions spirituelles parlent d’éveil ou de transfiguration. Les plus grands enseignants évoquent des réalisations qui touchent à la surhumanité. En Occident, cette culture du transcendant est oubliée de nos jours et peu de chercheurs ont ces objectifs élevés en ligne de mire. Et parmi les rares êtres qui conçoivent un tant soit peu ces hautes réalisations, la plupart considéreront ces objectifs comme hors de portée dans leur vie présente. Il faut bien dire qu’on ne sait plus trop bien de quoi il retourne… L’éveil ? Mais de quoi parlons-nous ?
Alors on met la barre moins haut. Et on va se trouver intelligents et humbles à renoncer à des objectifs qui après tout sont peut-être des mirages et se tourner vers des buts plus prosaïques
L’éveil des Maîtres va devenir un soi-disant éveil à une nourriture plus saine, un éveil à la nature, à l’écologie, au mieux-être, un éveil politique où on va peut-être changer de bord, un éveil du corps avec les dernières techniques à la mode et ah oui aussi cette merveilleuse illusion à la participation à un éveil global qui nous promet enfin une réelle et définitive résolution aux problèmes planétaires… !
Les Maîtres ne voient là que de louables futilités, observant l’humanité immature passer simplement d’un jouet à un autre, comme de simples modifications fluctuantes aux allures de progrès dans le médiocre effort de l’homme pour s’élever hors de sa condition.
L’éveil est à la mode et pourtant peut-être bien n’avons-nous jamais été autant éloignés du principe de l’Éveil.
Comment s’y retrouver dans ce marché de l’âme avec ses étalages scintillants de fausses lumières ?
Il y a ceux qui foncent tête baissée dans un système philosophique ou religieux, pensant naïvement que chacun se valent. L’essentiel leur paraît alors être l’engagement. Et puis, peu à peu, Ils se trouvent coulés dans un moule de principes et de notions qui les habitent et se meuvent à leur place. Le chercheur de vérité ne cherche plus la vérité, il en a trouvé une, enfermante mais après tout confortable…

Il y a ceux qui devant autant de voies qui menacent d’être des pièges, pensent que le positionnement le plus intelligent est de n’avoir aucun enseignant.
Pauvres fous !
Je peux l’affirmer, j’ai fait partie de cette race-là. De caractère indépendant, autodidacte dans mon métier de peintre, j’ai naturellement pensé que cette voie était la meilleure, celle qui m’empêcherait de tomber dans une impasse ou une secte. J’ai confondu l’intelligence avec l’orgueil. Certes, j’ai avancé dans ma quête en lisant beaucoup, en rencontrant des enseignants, j’ai fait mon marché, prenant ici et là ce qui me convenait, rejetant le reste. Et puis là aussi, l’impasse.
Pourquoi ça ne marche pas ?
Parce qu’on ne peut acquérir une chose que si elle se présente à nous.
Comment pourrais-je découvrir un « autre chose », un « ailleurs », un véritable éveil si je ne rencontre pas un être qui le possède, qui l’incarne ?
Je pensais naïvement que si je rentrais assez profondément en moi je rencontrerais ce que je cherche. Je suis allé loin dans cette manière de faire et ai découvert beaucoup de trésors. Mais seul, on ne sort pas de soi, on ne trouve toujours que soi.
Seul un Maître, c’est-à-dire un être qui a réalisé l’autre en soi, est capable de vous amener à la découverte de l’autre en vous.
Travailler avec un Maître authentique, c’est d’abord conserver et cultiver sa liberté intérieure.
C’est parfois accepter d’expérimenter des manières de faire qui peut-être ne plaisent pas à mon petit caractère. Ce n’est plus faire son marché, en rejetant ce qui ne me plaît pas, mais étudier et approfondir avec acuité les notions et principes proposés. Le rapport au Maître est un rapport de respect et non d’asservissement ou de dévotion. Aucun apprentissage n’est possible sans le respect. Aucune nouveauté ne peut apparaître en vous si vous ne vous ouvrez pas à un être qui manifeste la nouveauté. Cherchez les hommes nouveaux, les êtres qui témoignent d’un comportement hors normes.
Voilà ce qui devrait être le critère du choix de votre enseignant :
La manifestation irréfutable chez cet être de ce à quoi vous aspirez au plus profond de votre cœur.
Mais comment reconnaître un véritable Maître ?
On peut observer le comportement d’un enseignant mais il ne faut pas oublier non plus qu’un être libéré n’a plus les mêmes critères ni les mêmes relations au monde que nous et peut avoir un comportement à nos yeux incompréhensible. Je vous conseille donc plutôt d’observer les effets de son enseignement sur ses plus proches élèves. Sont-ils asservis ? Sont-ils appauvris ? Où sont-ils grandis, épanouis et joyeux ? Un enseignant, ce sachant l’objet de l’attention, peux faire bonne figure mais comme on reconnaît un arbre à ses fruits…
Évitez les enseignants qui vous disent que tout est déjà réalisé en vous et qu’il suffit de le comprendre. Il s’agit d’enseignants qui ont accompli ce qu’on peut appeler un éveil psychologique. C’est un piège mental confortable. Ces personnes ne démontrent jamais de puissance énergétique et rejettent avec dédain des manifestations dont elles sont bien incapables.
Les capacités énergétiques sont des preuves de transformation authentiques lorsqu’elles ne sont ni génétiques ni obtenues par des rituels.
Les « dons » c’est à dire les capacités liées à la génétique peuvent très bien être développés sans que l’individu soit transformé. Ainsi, un clairvoyant par exemple peut très bien faire montre de ses talents sans avoir amené son évolution intérieure à un haut niveau éthique.
Les rituels, qu’ils soient religieux ou par exemple ceux du chamanisme ou du Reïki, sont des opérations qui lient le pratiquant à des entités éthériques. Le rituel est un raccourci qui évite le véritable effort spirituel. Il permet certes certains résultats, voire des miracles, mais Il s’agit toujours d’une alliance avec des êtres invisibles qui ont malheureusement leurs propres intérêts, tout en se faisant passer pour des êtres magnifiques. Dans le deuxième monde, tout se paye…

On reconnaît un Maître par les manifestations d’un triangle:
Les sommets de ce triangle sont les centres activés du cœur, de la tête et de la main.
Les côtés de ce triangle sont les relations fermes et établies entre ces sommets.
Le centre du cœur est la manifestation qualitative de l’être divin.
Le centre de la tête est la manifestation de l’intelligence et de la volonté de l’esprit divin.
Le centre de la main (des mains) est la manifestation du pouvoir de l’énergie divine.
S’il manque un de ces éléments, nous n’avons pas affaire à un Maître.
Son cœur manifeste-t-il réellement l’intention de vous faire grandir ?
Sa tête exprime-t-elle réellement un enseignement vivant et libérateur?
Sa main opère-t-elle réellement des transformations dans votre âme ?
Vous avez quatre corps : physique, énergétique, émotionnel et mental. Si vous parvenez à associer ces quatre éléments au triangle supérieur, vous manifestez le septénaire, la marque de l’homme accompli, vous devenez vous-même un Maître.

Roland Perret Énergéticien en art solaire

Le triangle des maîtres par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com
Posted on Laisser un commentaire

Les prérequis de la pratique

LES CONDITIONS DE LA PRATIQUE SOLAIRE

LES PRÉREQUIS

S’il est toujours possible de profiter de soins solaires ou d’une séance solaire occasionnelle, pour devenir un véritable pratiquant, il y a quelques prérequis.
La persévérance
Tout d’abord, il faut être capable de persévérance. Puisqu’il s’agit d’un processus de transformation, celui-ci s’inscrit dans le temps et demande de par ce fait non seulement d’enclencher un début de transformation, mais de l’entretenir avec régularité. Les mémoires du corps, par exemple, sont concernées ainsi que les habitudes les plus ancrées. Seule une pratique régulière qui s’inscrit sur une certaine durée sera à même d’opérer ces changements fondamentaux.
Ouverture d’esprit
Par ouverture d’esprit, on peut entendre ici la capacité de remettre en question ses propres paradigmes.
Nous avons été conditionnés par une certaine vision du monde. Être capable d’assouplir et à terme, de modifier ces conditionnements, nous permettra d’élargir notre champ de connaissance et de compréhension du monde. Un mental figé dans ses conceptions risque de retarder, voire de bloquer l’avancée du pratiquant.
Volonté d’évolution
Il est nécessaire d’avoir un désir et une intention profonde de changement de sa propre nature. La réalisation solaire implique des découvertes fondamentales au niveau de l’identité. C’est une transformation réelle et pragmatique concernant tous les aspects de l’être. Une puissante volonté d’évolution est la base incontournable du développement solaire.
Conscience des enjeux
Il s’agit d’un travail de libération de l’être au niveau de son noyau. La pratique solaire a des implications non seulement sur la personnalité, non seulement sur la relation aux autres mais aussi sur le plan spirituel. C’est-à-dire que les enjeux dépassent le cadre de notre vie transitoire et concernent ce que l’on peut appeler le moi divin.
L’humilité
Il est évident que l’humilité est la seule attitude possible pour apprendre et acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Mais cette qualité à une plus grande importance encore dans le processus d’intervertissement des personnalités entre le moi ordinaire et le moi divin.
L’étude
L’instructeur étant un pratiquant ayant amené son développement solaire à un certain niveau, l’apprenant sera gagnant à laisser agir sur soi les enseignements proposés. C’est le principe de l’étude, c’est-à-dire premièrement poser un enseignement donné comme une hypothèse personnelle.
Deuxièmement, sur un certain laps de temps, observer et analyser les composantes et conséquences de l’hypothèse.
C’est seulement alors que l’apprenant pourra vérifier ou infirmer la validité de l’enseignement.

LES FACILITATEURS

En principe, tout le monde peut accéder à la pratique solaire. Il y a cependant des facteurs qui facilitent le travail.
La sensibilité énergétique

il est évident que lorsqu’on est capable de ressentir pragmatiquement les manifestations de l’énergie dans son corps, cela conforte dans l’efficacité de son travail. Ressentir chaleurs, picotements, balancements du corps ou d’autres manifestations comme des expansions de conscience lors des transmissions énergétiques de l’enseignant laisse peu de place au doute.
Il est cependant utile de rappeler que même sans ces sensations, l’énergie-lumière opère son action dans l’ensemble des corps subtils. Nulle inquiétude donc dans le fait de ne rien ressentir dans un premier temps et garder patience.

La culture spirituelle ou ésotérique

Elle peut être un soutien important pour le mental et accompagner de compréhensions l’avancée du pratiquant. Elle peut aussi permettre d’éviter les embûches sur la voie. Encore faut-il que cette culture soit sérieuse et suffisamment souple pour s’accommoder de nouvelles conceptions. Pour peu qu’elle soit dogmatique ou limitée, elle pourrait être un fâcheux obstacle et bloquer l’avancée du pratiquant qui risque de mettre ses idées préconçues en opposition avec les hypothèses de travail proposées par l’enseignant. Une véritable culture spirituelle est vivante et n’est jamais figée dans une affirmation péremptoire.

Roland Perret énergéticien

Posted on Laisser un commentaire

Présentation de Roland Perret

Vidéoconférence gratuite par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Se présenter est toujours un acte un peu étrange où on peut avoir le sentiment quelque peu confus de ne pas dire toute la vérité. Et pour cause… Nous sommes bien plus que notre moi social, nous sommes le moi divin, le surmoi ! Peu importe le nom que l’on peut donner à cette identité sublime en nous. J’essaie ici de répondre à cette question si importante de qui nous sommes, de qui je suis.

Posted on Laisser un commentaire

Le petit déjeuner

Comment partager avec vous ce sentiment délicieux vécu ce matin ?
Dire qu’il suffit de s’arrêter, de se poser, pour vivre un moment que l’on pourrait qualifier d’extase ?
On devrait d’ailleurs plutôt le nommer « instase » tant le mouvement est bien plus en direction de l’intérieur qu’une sortie vers l’extérieur.

C’était au petit déjeuner.
C’était si puissant qu’il m’a fallu un effort pour me lever mais cette chaleur délicieuse dans mon cœur ne m’a pas quitté même lorsque j’ai versé l’eau chaude de la bouilloire électrique dans la théière de céramique grise.
J’étais assis et je m’étais juste mis en suspens, tranquillement, en douceur et l’intensité d’un torrent de vie a jailli, a traversé mon soleil intérieur en irradiant de mille feux laiteux.
Puissiez-vous connaître les délices du jardin de votre cœur et vous retrouver écrasé d’amour, comme cela, sans raison autre que celle de s’être tourné vers votre soleil intérieur.

Comme est-ce arrivé ? Comment cela est-il devenu si simple, si fort…?
Il a fallu un jour l’activer ce soleil, puis apprendre à le cultiver avec assiduité pour un jour, comme aujourd’hui, le contempler comme un arbre de lumière qui aurait poussé dans le corps.
L’activer comment ?
Par syntonie en présence d’un grand frère qui a déjà un tel arbre en lui et qui sait en partager les fruits. Cela ne peut pas se passer autrement, c’est impossible sinon. Avec quelle force serait-ce réalisable ? Il faut la lumière d’un même soleil, une lumière identique mais plus mûre et beaucoup plus puissante, capable de vibrer au point d’éveiller le centre solaire de l’autre.

Et ensuite ?
Il a fallu comprendre ce qui s’était passé, au moins suffisamment pour l’acter et puis décider de cultiver cette graine précieuse avec constance et discipline.
Apprendre à respirer avec ce soleil, apprendre le sentiment solaire, apprendre la pensée solaire. En bref, apprendre à élever tout son être, là maintenant, parce que c’est ce qui est juste et que je le veux.

Et finalement ?
Il n’y a pas de finalement, pas de fin à cette croissance merveilleuse.
Toute la vie se transforme, sans lutte, sans guerre, même sainte.
L’arbre de lumière grandit à la mesure de l’attention, de la constance qu’on lui apporte.

Si vous faites cela…
Alors la joie deviendra vôtre à chaque instant de votre vie et bien au-delà.

Roland Perret Énergéticien

Posted on Laisser un commentaire

Guidance audio de Nettoyage – N°1 Les petits Soleils

Pratique de nettoyage énergétique, les petits soleils, par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com
Indiquez votre email (ceci n’est pas un abonnement)

Savez-vous nettoyer votre corps astral ? Autrement dit : savez-vous retrouver calme et équilibre immédiatement après une tempête émotionnelle ?
Cette guidance audio gratuite vous permettra, pas à pas, d’apprendre sans doute une des plus importantes techniques spirituelles de soutien : le nettoyage aurique, c’est à dire le dégagement des blocages et scories émotionnelles dans votre corps astral, substrat de vos émotions. La technique, incontournable en situation de stress comme par exemple une dispute ou des paroles agressives, peut aussi s’utiliser pour des problématiques récurrentes, telles que des peurs ou des angoisses.

Une des difficultés principales et récurrentes de l’être humain est son incapacité à gérer ses états émotionnels. De la simple gêne à la colère en passant par toutes sortes d’irritations, d’angoisses ou de mal-être, il y a un large panel de ressentis qui sont clairement identifiés comme étant toxiques. Pourtant, malgré la prise de conscience de l’aspect négatif de ces expériences, il y a trop souvent une grande difficulté, voire une quasi-impossibilité, à se dégager de ses envahissements plus ou moins lourds pour retrouver le calme et la sérénité.
Cette incapacité est la principale source d’erreur et d’excès dans nos comportements. Ces bouillonnements énergétiques nous prennent dans leurs étaux, entretenant des feux indésirables dans le corps, embrumant l’esprit et l’éloignant de la perception de la réalité objective. Après certaines de ces tempêtes, l’être reste parfois béat, épuisé et échoué dans ses ressentiments et souvent ses culpabilités. Le plus grave est que nous perdons ainsi notre lumière. Vidés de toute substance, nous savons confusément que nous avons perdu une bataille.
Les plus faibles d’entre nous se réfugient dans la justification de leurs comportements décalés. Ils diront que c’est à cause de l’autre ou de telle ou telle circonstances qu’ils se sont mis dans cet état.
Les plus confus, trompés par des aberrations culturelles, vont affirmer qu’il faut accepter toutes leurs émotions et ils se diront fiers de s’être exprimés sur la base de ces bouillonnements fatidiques. Ils auront ainsi parfois craché leur venin sur les êtres qui leur sont chers.
La liste de ces déviances de comportements, sources de tant de tristesses est trop longue.

Les plus forts d’entre nous ont entrepris une pratique spirituelle. Ils savent que l’ennemi est à l’intérieur et qu’il doit devenir un allié. Le pratiquant spirituel développe une vigilance qui lui permet de prendre conscience de la force divine en lui et ainsi de dévier ou de transmuter immédiatement cette énergie pour garder sa paix.
Un pratiquant solaire, par exemple, qui a accumulé suffisamment de lumière dans son cœur, saura ainsi préserver sa paix et son amour inconditionnels.
Mais si vous n’êtes pas encore ancrés dans un entraînement qui vous permet d’être « maître dans votre maison », vous avez besoin d’outils de gestion émotionnelle.
Il y en a de deux types.
Le premier type est préventif et consiste en des protections. J’ai mis à votre disposition une protection de base, la Bulle. Si vous ne l’avez pas encore, vous trouverez, en bas ce texte, le lien pour la télécharger (gratuitement) avec la bonne manière de s’en servir.
Le deuxième type d’outil de base est le nettoyage.
Si vous ne vous êtes pas protégés, par exemple avec votre Bulle et que vous êtes « chargés », c’est-à-dire que vous vous sentez habités par des émotions indésirables, il faut aussi rapidement que possible opérer un nettoyage.
Retirez-vous si possible dans un endroit calme. Si vous êtes en conflit avec quelqu’un, quittez la pièce et cherchez un lieu pour vous reprendre. Il est toujours possible de se retrancher, ne serait-ce qu’aux toilettes…
Il faut absolument résister à la tentation de réponse négative. Des réactions émotionnelles ne feront qu’envenimer les situations. Plutôt qu’une « réaction », il faut entamer une « action » qui nous permettra de retrouver la paix de l’esprit et du cœur. Ce n’est qu’ainsi que nous serons à même de trouver les prises de position adéquates et les mots justes.
Une fois dans un lieu calme, faites l’exercice de nettoyage que je vous communique (lien audio gratuit en bas de page). Ne ressortez de l’exercice qu’une fois votre sérénité entièrement retrouvée.
Cela peut être plus ou moins rapide. C’est d’une part en fonction de votre une entraînement et d’autre part en fonction de la quantité d’énergie négative que vous avez laissé pénétrer dans votre système.
C’est pourquoi je vous recommande de vous entraîner au nettoyage régulièrement, même si vous n’en éprouvez pas la nécessité urgente. C’est en temps de paix qu’on prépare la guerre… Profitez du fait de ne pas être en stress pour vous entraîner au nettoyage. Ce sera plus facile que lorsque vous êtes « chargé » et ainsi cela vous facilitera la tâche quand vous serez en situation de besoin.
Il y a des techniques de nettoyage extrêmement rapides et efficaces qui vous débarrassent des influx indésirables en quelques secondes. Mais pour être à même d’utiliser ces techniques, il faut d’abord avoir maîtrisé le nettoyage méthodique tel que celui des petits Soleils.
il est important de respecter une certaine lenteur dans le nettoyage. Servez-vous du visuel que je vous ai dessiné pour avoir une notion de l’espacement entre vos cercles. Notre mental émotionnel, prompt au conflit et souvent pressé d’en finir, est réticent à être tenu en bride par notre volonté. Mais, à force de constater les bienfaits, pour lui-même et pour le corps, de cette prise en charge, il apprend à collaborer et devient progressivement un allié de notre transformation.
Puissiez-vous vous libérer de vos chaînes !

Roland Perret
Énergéticien solaire
La pratique solaire est proposé de manière hebdomadaire en Alsace et constitue la base de l’activité du pratiquant. Vous trouverez sur le site des guidances de pratique. 
Le travail de soutien est proposé sous forme de stages.
Les renseignements pour ces stages se trouvent ICI