Publié le Un commentaire

L’enfant intérieur…mais lequel ?

L'enfant intérieur, mais lequel. Entretien avec Roland Perret É nergéticien en art solaire. revelationducoeur.com

Il y a deux enfants intérieurs.
Description de la lente perte du sens de l’enfant solaire au profit de l’enfant blessé.
Jung, en 1940, figure charnière de cette transition.

Le premier enfant intérieur est un enfant lumineux, inaltérable, royal. Il est l’âme astrale, susceptible d’un développement, d’une croissance, ce qui est l’objectif de son incarnation.
Cité par exemple dans les Upanishads (Inde entre 800 et 500 avant notre ère)
C’est lui «l’enfant enfermé dans la caverne secrète», dont parle le Rig-Véda ,
«le fils du ciel par le corps de la terre»,
«lui qui est éveillé dans ceux qui dorment».
«Il est là, au milieu de la demeure»,
«Il est comme la vie et comme le souffle de notre existence, il est comme notre enfant éternel» ,
il est «le Roi brillant qui nous était caché».

Un autre enfant intérieur, fragile et blessé qui demande à être guéri, consolé, intégré. C’est l’aspect fragile du véhicule d’incarnation. L’archétype représentant les irrésolutions du temps de lenfance qu’il faut amener à la lumière de la conscience.
Découvert par Carl Gustav Jung, le « Puer aeternus »:
« Car il y a dans l’adulte un enfant, un enfant éternel toujours en état de devenir, jamais terminé, qui aurait besoin constamment de soins, d’attention et d’éducation. »
Pour résoudre les petits programmes d’immaturité de l’enfant blessé, il peut suffire de descendre dans l’inconscient avec la seule lumière du mental conscient, discursif. Mais pour résoudre les problématiques de taille, liées aux vies antérieures, par exemple, il faut descendre avec une lumière supérieure, supramentale qui pourra dissoudre les problématiques à notre place.
C’est une élévation du taux vibratoire qui est nécessaire pour répondre correctement au nettoyage de la personnalité.
En conclusion, plutôt que de chercher à résoudre les problématiques négatives de la personnalité, il est préférable d’élever sa propre nature, ce qui résoudra les failles de la personnalité mais surtout accomplira le plus important: le but même de l’incarnation: la croissance effective de l’être.
Il est primordial de se hisser au niveau de l’enfant éternel, ce qui aura pour conséquence annexe de guérir l’enfant intérieur mémoriel et transitoire.

Roland Perret Énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

Guidance de pratique psychique – courte et douce -10mn

Guidance de pratique psychique - courte et douce par Roland Perret énergéticien

Cette guidance psychique est une guidance de pratique de la stimulation du soleil de l’esprit.
Elle est courte (10min) et douce dans le sens où elle n’est pas axée particulièrement sur une intensité qu’on trouvera dans d’autres pratiques psychiques.
Elle est idéale pour démarrer sa journée si on n’a pas le temps d’une pratique plus longue. Vous pouvez bien sûr la prolonger sans le support de ma voix.
Elle permet une stimulation de soleil psychique, qui, si elle est menée correctement avec une concentration suffisante, pourra faciliter le centrage de notre moi ordinaire dans son moi supérieur.
Il s’agit de créer l’habitude du recentrage dans le centre de l’esprit dans nos interactions avec nos semblables et notre environnement comme le cadre du travail.
Dès qu’il y a décentrage, ou trop grande immersion dans les problématiques émotionnelles, on pourra recréer la liaison avec le centre de son esprit.
L’objectif est de ne pas perdre la lumière acquise et de rester dans une forme d’équanimité, de paix intérieure qui seule permet la justesse de nos actions.
Puissiez-vous découvrir le bonheur de cet état vibratoire et le cultiver, le développer à l’infini.

   Aquérir la

  Guidance de pratique psychique – courte et douce 

Publié le Laisser un commentaire

Le mental est-il l’ennemi ?

La juste place dun mental par Roland Perret Energéticien- tevelationducoeur.com

Qu’en est-il des remarques suivantes ? « Attention, tu es dans le mental », « Éteindre le mental », « Dissoudre le mental dans le cosmos » ?

Le ressenti est-il le critère d’un comportement juste ?
L’exemple de l’ombre menaçante et la véritable valeur du ressenti en tant qu’information.
Le mental émotionnel, le valet de l’émotion.
Le mental rationnel a la capacité d’analyser l’émotion, le ressenti.
L’exemple de l’ombre dans la forêt.
L’exemple du couple et l’héritage.
L’identification aux problèmes et aux traumas par le mental-émotionnel.
La possibilité de l’induction des parasites éthériques au niveau de ces failles.
La juste impermanence de l’émotionnel.
La dissolution de la réaction mentale-émotionnelle.
La solution par la dynamisation de l’intellect rationnel.
Le mental mécanique et les filtres à apposer.
La capacité du rejet des pensées mécaniques et des émotions pathologiques.
La croissance énergétique du centre psychique.
Le supramental.

Publié le Laisser un commentaire

Les dangers des mondes de l’invisible

Roland Perret, interviewé en mai 2024 par Zeljko Trailovic sur sa chaîne « Histoires et révélations » partage son expérience sur la problématique des entités du monde astral.
Le côté séducteur du voyage astral inauguré par Lobsang Rampa.
L’intérêt d’étudier les phénomènes de la manifestation extrême des apparitions et des « voix dans la tête ».
Une expérience vécue par l’auteur de la confrontation de deux personnes qui entendent des voix.
Les voix veulent rester cachées. l’interdiction à la victime de communiquer sur leur présence.
Le métamorphisme des entités éthériques (ou de l’astral).
Leur capacité de lecture dans notre psyché et l’utilisation des failles psychologiques et parfois physiologiques. La notion d’implants.
Le dévoilement du côté mensonger de la plupart des entités qui sont en contact avec nous.
Le pourquoi de ces tromperies.
La croissance de ces êtres dépend de l’accroissement de leur énergie. Plutôt que de fournir leurs propres efforts, certains de ces êtres entrent en translation, en changeant leurs fréquence, dans notre monde physique pour voler notre énergie vitale.
L’assimilation de notre énergie demande à ce qu’elle soit mélangée à des énergies de plus basse fréquence : les émotions négatives, les peurs, les angoisses…
La translation des êtres éthériques dans notre monde physique est un effort. D’où la pose d’implants qui fonctionnent comme des programmes en boucle qui forcent la récurrence des états de faiblesse par inductions.
Un cas d’exemple de contrat pervers avec la voix de « Dieu » dans la tête.
Les risques de ces contrats dans notre vie de rêves et donc lors du voyage astral.
La notion d’élévation vibratoire à volonté est la seule garantie de notre sécurité dans le monde d’astral, le monde de la mort. Les critères de cette notion. La capacité nécessaire de dissolution des émotions.
Le traitement trop léger de la question du rêve lucide.
Anecdote du sas de l’église pour illustrer l’intrusion des parasites dans le monde physique.
Les comportements où on peut soupçonner l’interaction de l’invisible.
La solution de l’élévation du niveau vibratoire.
Le piège des rites, des invocations et des prières. C’est encore chercher à l’extérieur.
La vraie lumière se trouve en nous et doit de déployer par notre volonté propre sans commerce avec l’invisible avec ces êtres dont nous ne connaissons pas les intérêts cachés.
Écouter ses envies ? Question encore de niveau vibratoire.
La clairvoyance membranaire versus la clairvoyance apprise.
Les critères d’une véritable évolution spirituelle.
L’abus de pouvoir des entités irrégulières. L’exemple de la blénie à dents de sabre.
L’existence de prédateurs plus importants.
La question de l’âge. La faille de la faiblesse psychologique.
Le tunnel de lumière a la mort est-il un piège ?
Grandir pour sortir de la faiblesse de l’identification au petit moi.
L’évolution spirituelle est plus difficile dans l’après-vie que dans le monde de l’incarnation.
Le renforcement de la volonté individuelle. Se méfier du commerce avec l’invisible.
Le tissage du corps énergétique de lumière.
La question de la maîtrise de l’émotion et la différence entre la maîtrise et le lâcher-prise.
Le feu de la volonté et l’accumulation énergétique dans les centres.

Publié le 2 commentaires

Les entités parasites

Les entités parasites par Roland Perret énergéticien

Qu’en est-il de la réalité de l’existence d’entités qui nous parasiteraient ?

Si on admet leur existence, pourquoi font-elles cela ? Quel est leur mode de fonctionnement ? Quelles sont les capacités qui permet ce parasitage ? Qu’ont-elles à y gagner ? Pourquoi ne les percevons-nous pas ? Quelle est leur influence sur notre santé physique et psychique ? Qui y échappe ? Comment s’en libérer ?Autant de questions auxquelles, dans ce podcast,  Roland Perret, énergéticien, vous proposera des réponses assorties d’exemples concrets issus de son expérience.
Vous trouverez ci-dessous la retranscription écrite du podcast.

Les entités parasites, de quoi s’agit-il exactement ? Qu’est-ce qu’il en est ?

Est-ce qu’il peut être justifié de concevoir le monde de cette manière ? Et dans l’affirmative, comment traiter cette problématique ? Ce podcast est destiné à des personnes ouvertes d’esprit, et pour le moins curieuses, et ainsi nous pourrons voir ensemble, avec autant de pragmatisme que possible, ce qu’il en est de cette question.
Le sujet des entités parasites est une affaire plutôt dérangeante dans notre société occidentale. Nous savons bien que les cultures traditionnelles, les sociétés tribales, les religions et nombre de courants spiritualistes attestent de la réalité de créatures qui vivraient aux dépens de l’être humain. L’homme occidental, et même maintenant l’homme oriental, très influencé par la culture de l’Occident, rejette tout cela comme des visions de superstitions fantomatiques qui datent d’un autre âge, un âge d’obscurantisme. Nos instruments scientifiques ne peuvent pas prouver l’existence de ces entités. De la même manière, nos instruments ne peuvent pas prouver leur inexistence.

Qui parle de ces entités ?

Nous en trouvons de nombreux témoignages chez les clairvoyants, chez un grand nombre de psychothérapeutes, dans certaines branches de la psychiatrie, et bien sûr chez des auteurs versés dans les sciences ésotériques spirituelles. Un grand nombre de personnes se dit également possédées, selon l’ancienne terminologie, elles ont l’impression d’être habitées en quelque sorte par quelqu’un d’autre, de vivre en elle des présences étrangères. Beaucoup parlent aussi d’impulsions qui sont comme induites dans leur esprit et auxquelles elles ont parfois eu le malheur d’obéir, de suivre leurs directives. Ce sujet est très tabou et peu de personnes ont le courage de s’exprimer à ce sujet. Il nous est dit également que la présence d’entités en nous peut provoquer des maladies, des problèmes à différents niveaux et être source de manque d’harmonie sur un plan général, c’est-à-dire sur le plan des événements de nos vies. La malchance, les problématiques matérielles à répétition seraient aussi le fait de certaines de ces entités.

Quelle vision du monde découle de ces hypothèses ?


Cela donne l’image d’un monde parallèle au nôtre. Mais contrairement à l’idée courante dans certains milieux spiritualistes et surtout religieux, ce monde parallèle,
ce monde différent du nôtre, ce monde non matériel, serait loin d’être une espèce d’océan de bien-être et de bienveillance. Nous avons plutôt l’impression d’un monde similaire au nôtre, avec peut-être même des problématiques identiques et des niveaux de conscience qui ne sont pas loin de l’inharmonie générale qui règne chez les humains. Naturellement, par problématiques similaires, je n’entends pas des problèmes matériels, mais plutôt des problèmes de niveaux de conscience, d’évolution, de capacités de bienveillance par exemple. Ce monde appelé communément dans le jargon spiritualiste le monde astral ou le monde de la mort est aussi souvent qualifié de monde miroir. Il y a également le terme de sphère réflectrice.
Si donc nous gardons cette idée de monde miroir avec cet axiome hermétique de « tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », nous pouvons essayer d’établir des correspondances entre notre monde matériel et ce monde miroir, ce monde astral. Il y a dans notre monde physique une gamme énorme d’interactions entre les êtres humains.
Nous pourrions les réduire à des comportements, en tout cas ceux qui nous intéressent parmi ces comportements, ceux qui sont axés sur la survie et sur l’enrichissement. Là nous avons toute une gamme de comportements qui va du jeu d’influence jusqu’à la manipulation psychologique jusqu’à l’extorsion, jusqu’à une forme de criminalité.
Les créatures du monde miroir, dans cette vision des choses, n’échappent pas à cette réalité. Il y aurait toute une gamme d’entités, plus ou moins évoluées, qui va d’une conscience proche de l’animal à des intelligences très supérieures, en passant par des niveaux de conscience proches de l’état de conscience ordinaire de l’homme. Alors pourquoi ne les voyons-nous pas ? Hormis les personnes clairvoyantes ou clairaudientes, ce monde nous est caché.

Comment ça fonctionne ?

Pourquoi ce monde  nous est caché ? C’est une question à laquelle je pourrais répondre sur la base d’une expérience personnelle que je vais vous conter. Mais avant cela, il faut comprendre quelle est la raison d’être de ces entités, quelle est leur fonction, qu’est-ce qu’elles font, quels intérêts elles ont à être aussi proches de l’homme, aussi intrusives par rapport à l’homme. Avant d’aller plus loin, je tiens à dire que parmi toutes ces entités, il y en a qui sont bien sûr inoffensives et certaines tout à fait amis avec l’homme. Mais c’est une autre question, là nous traitons des parasites. On va les appeler aussi les parasites éthériques ou les animus éthériques.
Les thérapeutes qui ont cette vision des choses, ont une conception de l’évidence de ces animus éthériques, de ces entités parasites, et ont constaté une chose importante: Lorsqu’une personne est en pleine santé physique et morale, lorsque sa psychologie est au beau fixe, en quelque sorte, lorsque cette personne est en équilibre, il y a peu de chances, voire aucune, qu’elle soit infestée par une entité parasite. Par contre, si une personne a subi des chocs qui peuvent être physiques, comme des accidents, des traumatismes divers, que ce soit dans son enfance ou dans sa vie adulte, des nouvelles bouleversantes, des deuils, des chocs émotionnels de toutes sortes, s’il s’ensuit un affaiblissement marqué dans sa psychologie, un stress important, des tensions plus ou moins insupportables. Cela crée dans le système psychosensible, pourrait-on dire, dans le corps éthérique,  des failles, des trous, des manques qui attireront magnétiquement ces fameuses entités parasites. Un grand nombre de ces créatures sont attirées par une substance particulière qui extraient de l’être humain lorsqu’il est abattu, triste, lorsqu’il perd de l’énergie, comme il le dit lui-même. Et bien cette énergie n’est pas perdue pour tout le monde. Et dans ces cas précis, l’entité va pénétrer le système énergétique, s’y installer et se nourrir de ce type d’énergie particulière. Cette même entité va être capable d’influencer le psychisme humain. Il faut comprendre que pour elle, selon les descriptions que nous en avons, notre esprit, notre psychologie, notre personnalité sont un livre ouvert. Elle a une transparence à laquelle elles accèdent et elle repère nos points faibles, nos faiblesses, sur lesquelles elles peuvent appuyer pour encourager en nous la production de cette énergie particulière dont elles se nourrissent.
Comprenez-moi bien, je ne vous parle pas ici des personnes qui entendent des voix dans leur tête, nous en parlerons plus tard, mais bien de ces situations très ordinaires que nous connaissons tous,
ces situations où nous sommes pris parfois dans une espèce d’engrenage, d’agacement ou d’énervement envers l’autre qui va crescendo jusqu’à atteindre certains sommets plus ou moins virulents et ces états, des états dans lesquels nous nous mettons et que nous regrettons. Il est quand même très étonnant qu’un être humain qui se dit conscient puisse être arrivé à pouvoir prononcer des paroles et ensuite dire, penser, réaliser que ces paroles ont dépassé ce qu’il voulait dire. Je ne voulais pas dire ceci, je ne voulais pas dire cela. Comment est-il possible que l’être humain soit à ce point indigent pour qu’il ne puisse pas dire ce qu’il veut dire, penser ce qu’il veut penser? Cela s’explique par cette induction télépathique dont sont capables ces entités pour nous encourager au conflit. Là nous parlons de conflits dans le couple, dans la vie de tous les jours. Mais bien sûr, cela s’applique à des nations entières et à des conflits mondiaux. La subtilité du piège réside dans le fait que l’homme s’imagine à ce moment-là que c’est lui qui formule ses pensées, qu’elles lui sont propres, qu’elles sont justifiées en lui par sa libre volonté.
On peut se reposer la question du pourquoi ensuite il va dire que ses actes, ses paroles ont dépassé son vouloir. Il faut savoir que la télépathie est le mode de fonctionnement de base de communication de ces entités. La manipulation est d’autant plus habile et pernicieuse qu’elle est efficace. L’homme croit que ses pulsions, que ses colères, ses énervements sont dus de son fait. Or, il est clairement, selon la vision que nous pouvons en avoir, question de manipulations d’êtres invisibles. Pour prendre conscience des problèmes décrits, il faut en plus considérer une autre capacité de ces êtres: Ils sont métamorphes, c’est-à-dire qu’ils peuvent changer la forme de leur corps, la visibilité par l’extérieur de leur apparence, comme bon leur semble. Ils ont bien une forme, un corps de base, mais ils peuvent le modifier suivant leurs intérêts. Là, ce sera le cas pour des personnes qui, à cause de leur très grande sensibilité, ont par exemple des visions. Une vision de la Vierge ou d’un ange peut très bien et très certainement être un métamorphe qui se présente de cette manière en respectant la culture propre à l’individu. Un chrétien va voir Jésus ou la Vierge, un musulman pourra voir le prophète, un indien pourra voir des divinités propres à son panthéon, etc. Dans d’autres situations, si c’est plus approprié, ce sera des figures effrayantes ou diaboliques. L’essentiel étant de toute façon de pouvoir dérober des éléments contenus dans l’émotionnel débridé de l’homme. Ce n’est pas que ces créatures soient mauvaises ou veulent la destruction de l’homme. Non, bien au contraire. Elles sont bien plus comme des fermiers avec leur bétail humains. C’est-à-dire que leur objectif étant de stimuler l’excrétion de cette substance dont ils raffolent, ils vont encourager leur bétail à toujours plus de conflits afin de mieux les asservir en quelque sorte. Ils ne veulent pas la fin de l’humanité, pas plus qu’un fermier voudrait anéantir son troupeau, son bétail. Bien au contraire, ils veulent que leur bétail soit dans les meilleures conditions de manière à pouvoir obtenir ce qu’ils désirent. Ce qu’il veulent éviter à tout prix, c’est que la vache s’échappe du troupeau. Il est donc absolument nécessaire pour ces créatures qu’elles soient invisibles à l’homme, qu’il n’en prenne pas connaissance, qu’il n’en prenne pas conscience. Ce n’est pas un état extraordinaire de l’homme, c’est son état, on pourrait dire naturel malheureusement. L’être humain dès la naissance, peut-être même à cause du traumatisme même lié à la naissance, est touché par cette problématique. Il n’y a quasiment personne qui échappe à la présence en lui d’entités parasites, sauf dans le cas de figure bien sûr, où le taux vibratoire permet de se débarrasser de manière complète de ce problème. Mais nous y reviendrons. Ces créatures donc veulent absolument rester invisibles.

Pourquoi ce monde est-il caché ?

Je vous ai promis un exemple, une anecdote tirée de ma vie personnelle. Ma première compagne, qui n’est plus de ce monde, était atteinte de troubles graves d’une dépression sévère. Elle avait régulièrement des crises et des comportements choquants pour la société dans la petite ville dans laquelle nous habitions. Il arrivait régulièrement qu’elle se mette nue dans la rue ou encore pire, dans certains cas, se mettre nue dans une église le jour d’une communion. La liste est tellement longue de ces comportements aberrants que je vais en rester là. Mais lorsqu’il y avait des moments d’accalmie, les crises duraient quelques jours, puis son état se rétablissait à peu près.Lorsqu’on lui posait la question du pourquoi, pourquoi elle avait fait telle ou telle chose, on pouvait en essayer d’en parler calmement, c’était toujours le silence. Il y avait vraiment un mystère.Elle ne s’exprimait absolument pas sur le pourquoi de ses actes, en fait tout à fait catastrophiques pour sa propre vie, bien sûr, pour la vie de son entourage et très choquante pour l’alentour. Un jour, pourtant, alors que je m’étais résolu, après d’une dizaine d’années, de me séparer d’elle, la police municipale vient sonner à ma porte et me dit que ma compagne avait brisé la toute nouvelle vitre de l’église de la ville. Vous savez, ces espèces de sas en verre qui permettent un certain confort au niveau de la température. J’ai pu arranger, on va dire, la situation. Mais pourquoi ? Pourquoi avait-elle fait ça alors qu’elle se déclarait fervente ? Sa fille, qui avait 7-8 ans à l’époque, a réussi à lui tirer les vers du nez, en quelque sorte. Elle lui a confié que Jésus, donc une voix dans sa tête, lui avait dit « La porte de la maison du Seigneur doit rester toujours ouverte ». Or, elle venait d’apprendre qu’il y avait cette toute nouvelle installation de ce sas. Et suivant les injonctions, suivant les messages qu’elle recevait, elle est allée à la quincaillerie, elle a acheté une grande masse et elle a à grand coup brisé la vitre. Ses voix devaient toujours être secrètes. Elles lui soufflaient: « Ne dis pas qu’on est là, ne dis à personne qu’on est là ».
Voilà pour cet exemple. 

Deuxième exemple


C’est un ami d’enfance qui s’est essayé à une carrière musicale. Il aimait beaucoup le jazz,
mais sa vie artistique, c’était une catastrophe. Il n’arrivait pas à en vivre et il avait une vie sociale, on va dire, médiocre. Et il était plutôt malheureux de cette situation où on ne reconnaissait pas son talent. Un jour, sans doute de grande tristesse, il entend une voix dans sa tête. pour la première fois. Cette voix lui dit que qu’il était, enfin, cette voix disait « je suis un grand joueur de jazz, décédé ». Je ne me rappelle plus qui, je ne suis pas un spécialiste du jazz. La voix lui dit, « voilà, moi, ce grand artiste, je suis mort dans des circonstances tragiques et je n’ai pas eu le temps de composer certains morceaux. Si tu veux, si tu veux, je te les souffle et tu vas pouvoir écrire ces partitions, tu vas pouvoir devenir un grand artiste, tu vas pouvoir être reconnu, riche et célèbre. J’aurai la satisfaction que mon oeuvre pourra être accomplie à travers toi ». Et là, mon ami est enthousiaste et il se met à transcrire, à retranscrire, à écrire des partitions. Puis une autre voix, un autre artiste, encore un,lui aussi mort dans des circonstances tragiques. Je crois savoir que beaucoup d’artistes, à cette période, sont morts tragiquement. Peu importe, encore un autre et encore un autre. Et il n’arrête pas d’écrire et d’écrire des partitions, il y passe des nuits entières. Bon, il est heureux, il a une forme d’euphorie qui s’est installée en lui.
Mais une nuit, il se réveille brutalement ou plutôt, ce sont les voix qui le réveillent. Ces voix lui disent « Lève-toi et prend une douche glacée !” Lui réagit, mais comment, mais pourquoi ? « C’est un ordre,on te donne des partitions, tu dois obéir, tu dois prendre une douche glacée ». Le pauvre homme se lève, il obéit,
il prend sa douche glacée. « rase-toi la tête », il obéit. La voix va encore plus loin et lui dit, « va sur le palier, sonne chez le voisin », en pleine nuit bien sûr, »et dis-lui que tu as couché avec sa femme ». Quoi ? Je ne peux pas faire ça ? Les voix lui disent, « écoute, si tu ne fais pas ça, c’est fini les partitions. On ne te donne plus rien ». Et cet ami… Qu’est-ce qu’il fait ? Il va le faire. Il sonne à la porte et il dit ça au voisin. Là-dessus, le lendemain au réveil, il est en mode panique. Et c’est là qu’il vient me voir, me raconter toute cette histoire. Je ne l’avais pas vu depuis au moins 20 ans. Il me raconte ça, il me dit oui, je sais, tu as vévu ce genre de choses avec ta compagne, tu connais le problème, je ne sais pas à qui parler, j’ai peur d’aller dans les hôpitaux, chez les médecins, j’ai peur qu’on m’enferme, je ne sais pas à qui dire ça, est-ce que tu as une solution, est-ce que tu peux m’aider ? J’ai commencé par le calmer. Je lui ai conseillé de dire à son voisin qu’il avait fumé un joint et qu’il y avait un moment d’égarement, qu’il s’en excusait, que c’était toujours mieux que de faire venir une ambulance. Il s’est exécuté.

La confrontation

On a parlé un peu de ses voix, mais ce que j’ai eu l’idée de faire, parce que j’ai constaté que pour lui aussi, les voix devaient être cachées, que personne ne devait savoir, personne ne devait prendre conscience de leur présence ni de ces pseudos dons merveilleux qu’il prodiguaient. C’était comme pour ma compagne. J’ai profité d’une période hors crise de ma compagne pour les convoquer tous les deux, pour les réunir tous les deux. Ils ne se connaissaient pas. Et ils sont donc venus tous les deux dans mon salon. Deux personnes. qui entendent des voix, et chacun avait ce phénomène des voix qui veulent rester secrètes. Et là, on révèle le jeu au grand jour. Moi, j’étais un petit peu l’arbitre en quelque sorte de la situation. Mon ami a dit, « ah, elles nous font faire des bêtises ces voix ». « Oui,oui, en effet », répond-elle, « en effet, elles nous font faire des bêtises, il faut qu’on arrête ça », « oui, oui, oui, il faut qu’on arrête ça. » Et lui il dit, « moi de toute façon j’arrête, j’ai arrêté, j’ai commencé à détruire les partitions, moi j’arrête ». Elle, elle dit, « Oui, moi aussi, j’arrête ». Et puis je vois son visage se décomposer. Elle change d’attitude. Comme je la connaissais très bien, je lui demande ce qui se passe. Elle me dit, « j’arrête, sauf une ». Elle veut garder une voix. Et je lui dis, on peut savoir qui c’est ? Elle me dit, « Jésus ».
Et là, il n’y avait rien à faire. Elle avait reçu une éducation religieuse, même si elle l’avait rejetée par la suite, mais dans sa dépression, tout avait repris le dessus, en quelque sorte. Conclusion de l’affaire, le garçon, l’ami, le musicien, il a tout arrêté. Je lui ai dis, que c’était quand même un peu dommage, qu’on aurait pu voir ce qu’il en était de ces partitions. Il a tout détruit, mais à mon avis, de toute façon, ça ne valait rien du tout. Mais bon, on ne saura jamais. Il s’en est sorti, mais malheureusement, pour ma compagne, elle voyait les nuages se déformer dans le ciel, prendre la figure de Jésus, lui parler, et ainsi de suite. Son histoire a mal terminé, malheureusement et elle nous a quité très tôt.
Là,
nous avons une flagrante illustration du métamorphisme de ces êtres et du côté pernicieux et traître de leur faculté télépathique. Je me suis rendu compte plus tard que cette confrontation entre des personnes qui entendaient des voix avait été inaugurée en ethno-psychiatrie. Voilà, si ce sujet vous intéresse, vous trouverez la piste de ce genre de cas. Voyez notamment les travaux de Toby Nathan.

Similarité dans le monde physique

Si c’est la première fois que vous entendez ce type de récit, vous aurez peut-être eu, ou vous avez peut-être une forme de dégoût, un réflexe qui pourrait vous inciter à dire non, ce n’est pas possible, on ne trouve pas un tel tableau dans la nature.
Nous avons parlé tout à l’heure du parallélisme entre le monde physique et le monde astral. Alors est-ce que nous avons de tels comportements dans notre vie animale par exemple ?

La blénie à dents de sabre

Eh bien, je vais vous en donner un. Connaissez-vous la blénie à dents de sabre ?
Je suppose que non, ce petit animal, c’est un petit poisson, n’est pas des plus connus. Alors, vous avez certainement vu dans des documentaires animaliers, ces stations de nettoyage de certains poissons. Vous savez, les poissons sont comme ces pachydermes dans la savane qui se font nettoyer par des plus petits animaux qu’eux. Alors imaginez un poisson clown, par exemple, qui vient dans une de ces stations de lavage où des petites blénies, des labres, viennent les nettoyer. Alors ce sont des petits poissons d’à peu près 10 cm de long, tout fins. Ils sont couleur bleue, voilà, avec une rayure. Et ces petits poissons vont nettoyer les écailles. Voilà, c’est un échange de bons services. Le poisson clown se retrouve nettoyé de ses petits parasites et le labre c’est nourri de ces petits déchets. Mais voilà qu’intervient la blénie à dents de sabre.  Alors cette blénie, c’est pareil, elle a une forme à peu près similaire. C’est un petit poisson qui a aussi 10 cm de long. Elle n’a pas la même couleur, elle n’est pas bleue, elle est jaune avec une rayure. Et elle a surtout des dents de sabre. Au microscope, elle a une bouche plutôt d’un monstre avec deux grandes dents. Eh bien, il se trouve que cette blénie à dents de sabre, appelé aussi le faux nettoyeur, est capable de se transformer. Il change de couleur et de jaune, il devient bleu. Et ainsi, il est quasiment eu tout point pareil au labre nettoyeur, suffisamment semblable pour qu’il puisse se rapprocher des plus gros poissons. Une fois qu’il s’en est rapproché, il va planter ses dents et arracher les écailles de ses poissons. Une fois son forfait accompli, Il retrouve sa manière de nager parce qu’il avait imité, même jusqu’à son jeu de nageoires, l’autre labre nettoyeur. Et donc, il reprend sa vélocité avec ses autres jeux de nageoires, va se cacher et retrouve dans des trous de coraux, tout ça, ça se passe dans les coraux du Pacifique, il va retrouver sa couleur originelle.
Là, vous voyez ce mimétisme prédateur comme il existe dans notre nature. Nous allons pouvoir maintenant aborder une chose très importante par rapport à ses fonctionnements et qui peut être à notre avantage.

La notion de pacte

Ces créatures sont irrégulières en quelque sorte. Elles n’ont pas leur place dans l’ordre des choses. Elles ont des comptes à rendre par rapport à leurs activités. Mais nous avons vu qu’elles étaient pourvues d’une certaine intelligence. Et donc, elles peuvent se targuer que l’homme est d’accord pour être traité de la sorte. Alors voilà, si nous reprenons l’exemple de mon ami musicien, nous voyons très bien qu’il y a une forme de contrat. Voilà, on est tout à fait dans le mythe de Faust avec le contrat avec le diable, c’est-à-dire qu’on lui propose quelque chose, là, les partitions, et on le ferre en quelque sorte grâce à son désir. Peut-être qu’il y avait aussi une forme de vanité et d’orgueil basé sur ses blessures. Bref, il est d’accord. Il est d’accord pour recevoir des choses de ce monde invisible, recevoir ses partitions. Petit à petit, l’échange se durcit. Tout d’un coup, voilà, si tu veux que ça continue, il va falloir que tu fasses ça et que tu fasses ça, sinon ça va s’arrêter. Ce n’est pas venu tout de suite, mais ce qui compte, ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est la notion de contrat. À un moment donné, il faut être d’accord. Alors, ce type de contrat il peut se passer sur le plan conscient, lorsque l’individu est conscient, un petit peu comme l’exemple biblique du Christ dans le désert avec le diable, qui lui propose une immensité, une grande richesse en échange de son asservissement. Il y a quelque chose de cet ordre-là. Mais malheureusement pour nous, il y a une forme de contrat qui nous est soutiré. Je pense notamment à notre vie de rêve.
Dans la vie de rêve, il se peut que parfois nous soyons amenés à signer des documents ou à prendre des véhicules dans certaines directions sans que nous puissions conduire. Nous sommes emmenés dans tel ou tel endroit. Le fait de donner notre acquiescement dans le rêve sans notre conscient est pour ces entités, fait figure d’autorisation.
Le contrat, ça c’est la bonne nouvelle, c’est-à-dire que c’est un contrat qui est fait sans le témoin de notre conscience. C’est là que c’est intéressant. Pour toute chose importante, pour tout contrat à signer dans notre vie matérielle, il faut, comme un mariage par exemple, il faut un témoin, au minimum. Là, le contrat dans la vie de rêve, est signé de manière inconsciente. Donc, il est caduque. Nous pouvons par rapport à des lois, à des lois de ces autres mondes, on pourrait dire des lois cosmiques pour simplifier, mais tout ça demanderait vraiment d’être approfondi. Ces contrats, nous pouvons les déchirer. Mais pour cela, il faut prendre conscience qu’il y a contrat, qu’il y a entité extérieure à nous. C’est tout un processus qui permet ce genre de libération. D’où la nécessité de démasquer ces entités. Certains ont rappelé ça le grand mensonge.

La naïveté humaine

Il est important d’en prendre conscience et de sortir d’une forme de naïveté. Naïveté qui consiste à penser que tout ce qui vient du ciel est béni, que tout ce qui vient des mondes invisibles est bon pour l’homme, est bienfaisant pour l’homme. Un peu comme on le voit sur le plan politique, on sourit peut-être un peu devant la naïveté de certaines personnes qui pensent que les États font tout pour eux, pour leur bien-être.Alors qu’on sait très bien, lorsqu’on étudie ces choses avec un peu plus d’acuité, un peu plus d’intelligence, qu’il s’agit de lutte d’intérêt. Il n’y a pas de bienveillance absolue de l’État. Si vous allez faire des actes à l’encontre des intérêts de l’État, vous allez voir ce qui va vous arriver, n’est-ce pas ? C’est pareil pour les mondes invisibles. Il faut sortir de cette naïveté. Ça ne veut pas dire que tous les mondes spirituels sont mauvais ou négatifs, pas ça, mais il y a vraiment une tromperie très très importante qui dure depuis des siècles et qu’il est important de dénoncer en fonction de notre évolution actuelle. Il faut savoir également que cette naïveté dont nous parlons, c’est-à-dire cette croyance que les mondes invisibles sont absolument tout amour et toute bienveillance envers l’homme, cette croyance est soigneusement entretenue par une forme de, on va dire, de propagande de la part de classes d’entités à l’intelligence supérieure de celles dont parlons dans ce podcast. Oui, il n’y a pas que ces animus éthériques et ces parasites, et en parlant de mondes parallèles, qui sont complexes et extrêmement riches, le sujet est loin d’être clos. Il est très intéressant de noter également que la philosophie matérialiste, qui nie, avec même une certaine virulence et arrogance, l’existence des mondes invisibles et de leur peuple d’entités, est une manipulation de ces mêmes êtres éthériques. Ça les arrange bien, puisqu’évidemment, quelle meilleure manière de ne pas être découvert que de laisser ou d’inciter une philosophie se développer qui nie leur propre existence. L’affirmation de la non-existence de ces mondes est une forme de foi comme une autre puisqu’il n’y peut pas y avoir de preuves matérielles, ni dans un sens, ni dans un autre.

Les solutions au parasitage

Alors après la description de ce tableau pas très reluisant pour notre humanité, il est temps de se poser la question de comment échapper à ce parasitage. Alors si une personne arrive à avoir une vie heureuse, équilibrée, positive, elle est de manière on va dire naturelle, plutôt préservée par rapport à une certaine nuisibilité de ces parasites. S’il y a parasitage, il sera tellement faible qu’il n’aura pas d’impact très important sur la vie de cette personne.
Donc une personne qui n’a pas conscience de l’existence de ces entités, dans ce cas-là, peut échapper à ce piège. Mais si cette même personne subit un choc et malheureusement la vie est ainsi faite que très souvent nous n’échappons pas à des événements d’une certaine puissance qui mettent notre émotionnel à rude épreuve, ce peut être aussi la maladie ou l’approche de la mort qui vont instaurer des angoisses, qui vont instaurer une certaine faiblesse psychologique. Et nous avons vu que ce sont ces faiblesses psychologiques qui permettent l’intrusion de ces parasites. Alors si vous êtes arrivé jusque-là dans ce podcast, c’est que vous soupçonnez fortement l’existence de ce parasitage. Soit vous y avez eu affaire personnellement, soit vous connaissez des personnes à votre entourage qui en sont les victimes. Alors la réponse est dans la force psychologique et dans la négation, la rupture du contrat, quel qu’il soit,même s’il n’y a pas de contrat conscient, le non à l’intrusion, le non, je ne veux pas de cette pensée, je ne veux pas de cette impulsion, non, je ne suis pas ceci, je ne suis pas cela, ce non est un refus à une programmation induite par l’extérieur. Ce refus est un refus salvateur qui peut nous permettre d’échapper à cette emprise. On assiste parfois à une courte rémission, après une volonté assez ferme de l’individu de se sortir de ce brouillard parfois dans lequel il se trouve, de cet empêtrement psychologique, et puis quelques temps après, les entités reviennent. À mon sens, il est nécessaire, si on veut vraiment résoudre le problème de manière radicale et de fond, c’est un entraînement de l’esprit. C’est un entraînement qui va permettre un accroissement de force psychologique. C’est une pratique qu’il faut mettre en place, je dirais quelle qu’elle soit, pourvu qu’elle amène à une véritable élévation du taux vibratoire. Mais il faut faire attention avec même cette notion d’élévation du taux vibratoire. Ce n’est pas partir dans l’astral, ce n’est pas partir dans le rêve, bien au contraire, c’est vraiment élever les vibrations de son corps énergétique de manière à le renforcer et de manière à ce qu’il soit pleinement constitué à son plein potentiel. La vibration haute associée à une conscience et une lucidité plus vives empêchent véritablement le parasitage. Les entités éthériques, ces animus ou autres entités, chercheront une autre proie en face de la difficulté que vous présentez à leur égard. C’est donc une pratique d’entraînement de la force de l’esprit. C’est celle que je propose dans mes ateliers, dans les soins à distance. Quoi que vous puissiez trouver comme méthode, il faut qu’elle soit pragmatique, efficace. Elle doit s’accompagner d’une lucidité, d’une prise de conscience. Ça doit être une augmentation de la force intérieure, une augmentation d’une force de volonté libre.
Mon expérience m’a fait comprendre et apprendre qu’il y a des centres d’énergie, des centres susceptibles et capables d’emmagasiner cette énergie en l’homme. Ces centres ne sont pas les chakras, ce sont les centres solaires. Ceci nous amènerait trop loin dans ce podcast.
En attendant, sachez qu’il y a des solutions, il y a moyen de s’en sortir. A minima, instaurez en vous une vigilance de pensée. Ne laissez pas en vous s’installer n’importe quelle pensée, soyez conscient de ce qui se passe en vous, de vos pensées, et faites de même pour les émotions. On pourrait parler d’hygiène, d’une hygiène spirituelle. C’est vraiment très important pour votre bien-être, pour votre évolution propre, l’objectif est notre bien-être, notre éveil, notre bonheur, pour notre joie et notre évolution propre dans toujours plus de puissance intérieure.

Roland Perret énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

La fonction spirituelle de l’ego

La transparence de l'ego par Roland Perret énergéticien

Il y a, dans certains milieux spiritualistes et chez certains chercheurs, une confusion au sujet de l’ego. Cette erreur est porteuse de conséquences lourdes et cette vidéo tente d’instaurer une vision saine de cette problématique.

Qu’est-ce que l’ego ?
Y a-t-il une problématique avec l’ego ?
Sa nécessité dans le processus de croissance de la personnalité.
Les « bugs » de l’ego. Ne pas être l’ennemi de son ego.
Le non-sens de l’accusation d’être dans l’ego.
L’égocentrisme- le gonflement excessif de l’identification à soi au détriment des autres.
L’autovictimisation, une autre forme d’égocentrisme.
Partir en guerre contre son ego, dissoudre l’ego, la recherche de la mort de l’ego… L’idée de sortir de l’enfermement est juste, mais son fractionnement n’est pas une solution.
La solution est la transparence de l’ego. Pour y accéder, l’ego doit être puissant.
La force de l’ego permet la lucidité qui elle-même permet le refus du conditionnement.
Ce refus permet une conscience plus élevée.
L’intensité de la vibration intentionnelle brise la mécanique mémorielle de l’ego.
Le piège du rapetissement du moi et de l’attachement à l’identification à nos rôles.
Le processus qui mène à la transparence – la volonté, l’énergie.
La science solaire mène à la fusion avec son double spirituel.
0% orgueil, 100% fierté.

Publié le Laisser un commentaire

Anatomie d’une paix profonde

Anatomie d'une paix profonde par Roland Perret énergéticien

Je vais essayer de vous décrire une expérience maîtrisée de paix profonde.
En quoi cela peut-il vous intéresser?
Comment une expérience subjective pourrait-elle vous être utile ?
C’est ce que nous allons voir.
De quoi s’agit-il? Imaginez un espace infini de bien-être total, complet qui se superpose aux états de conscience ordinaires, qui permet de vivre différemment tout ce qui nous arrive: une sensation très présente, très intense, de calme insondable qui permet un regard sur les choses et les événements dénués de cette sorte de nervosité de fond, de cette tension permanente qui sous-tend tous nos actes, peut-être voyez-vous ce que je veux dire. Mais avant de vous décrire plus précisément cet océan de lumière, il me faut justifier la validité de mon expérience et en quoi elle pourrait être intéressante pour vous. Le changement d’état de conscience est une expérience que vit tout chercheur un tant soit peu assidu dans ses démarches d’exploration.
La très grande majorité de ces expériences ont un point commun: passer un temps plus ou moins court, elles se dissolvent. Il peut en rester, bien sûr, un aspect psychologique, un aspect rassurant, dans certains cas. Elle peut s’accompagner d’une compréhension de certains concepts ou encore apporter des résolutions à certaines situations. Ces expériences sont tellement variées qu’il est quasiment impossible de les cataloguer. Mais la plupart ont ce point commun: elles s’éteignent, elles sont fugaces et malgré les efforts qu’on peut fournir, elles ne se reproduisent pas, du moins, pas à l’identique.
La reproductibilité de l’expérience est un aspect très important. Vous savez qu’en science,la validité d’une expérimentation n’est acquise qu’à partir d’un certain nombre de fois où l’on a obtenu le même résultat. Nous pouvons, dans une certaine mesure, appliquer cette technique de validation aux expériences spirituelles.
Vous pourriez me rétorquer que les expériences spirituelles sont intimes et propres à chacun.
Certes peut-être, mais quelle est la valeur pragmatique d’une telle vision?
L’instrument de recherche de l’investigateur spirituel, c’est ses perceptions. Si ces perceptions sont subjectives, cela supposerait que nos expériences spirituelles seraient de simples mirages, des reflets un peu étranges de la vie organique de nos cerveaux. Si nos expériences de conscience modifiée n’étaient qu’individuelles et subjectives, il serait impossible que nous puissions espérer accéder à une objectivation de la question spirituelle. Nous ne pourrions pas espérer pouvoir découvrir les lois concrètes des mondes spirituels. Comment pourrions-nous avancer dans la découverte des véritables rapports entre les mondes spirituels et le monde physique, par exemple? Ce type d’expérience subjective a une origine difficile à déterminer. Il peut s’agir de mouvements organiques ou hormonaux. Ce peut être aussi des situations dramatiques ou au contraire euphorisantes, qui provoquent dans notre système psychologique et neuronal des sensations particulières. Une impression non subjective serait, à minima, une expérience reproductible à volonté dans ses résultats, dans ses effets. Elle pourrait ainsi être observée, étudiée, approfondie,certes individuellement, mais dont les caractéristiques observables, peuvent constituer un terrain d’étude.
La reproduction à volonté d’une expérience intérieure a une saveur différente, mais surtout une très grande valeur: celle d’être pratique.
Je vous propose un exemple. Imaginez que vous receviez un e-mail, un mail plutôt désagréable qui laisse supposer, par exemple- mais à tort, bien sûr- que vous êtes quelqu’un de toxique, de peu recommandable. On s’est mépris sur vos intentions ou vos actes et on vous accuse d’être malhonnête, par exemple. Imaginons que vous vouliez répondre à ce mail, tenter d’expliquer, de vous justifier peut-être. C’est un exercice difficile qui demande votre pleine concentration pour ne pas risquer d’envenimer encore plus la situation, et vous sentez bien qu’il y a des pulsions qui montent en vous. Ça pourrait être un sentiment d’injustice, de la colère, de la tristesse, ça peut être toutes sortes d’émotions et ces émotions brouillent votre calme, entament vos facultés de jugement et d’analyse.
Si vous répondez à ce mail sous le coup de ces montées émotionnelles, il y a fort à parier que vous ne feriez qu’envenimer la situation.
Si vous avez un peu de sagesse et de l’expérience de vie, vous pourriez décider de ne pas répondre immédiatement, d’attendre de vous être calmé avant de faire votre réponse. Mais là, dans notre exemple, c’est urgent, le temps compte et il faut réagir de suite.
Imaginez:
Que vous soyez capable de générer cet océan de paix en vous là, à l’instant.
Alors même que vous êtes envahi par ses émotions négatives.
Le résultat serait une sorte de gémellité, une partie de vous, la partie gouvernante est en paix parfaite, goûtant la saveur de cette paix.
Une autre partie de vous, la partie gouvernée, écrit sa réponse au mail.
Cette partie gouvernée, c’est-à-dire qu’on a laissé sa place à son moi supérieur, devient capable, tout naturellement, de trouver les bons arguments de réponse.
Pourquoi? Parce que les émotions négatives sont instantanément dissoutes par l’activité de l’océan de paix.
Il ne s’agit bien sûr là que d’un exemple, mais je suis persuadé, si vous m’avez suivi jusque-là, que vous comprenez l’énorme intérêt de cette génération spontanée de paix sans condition.
Je vais à présent essayer de décrire cette expérience et comment vous pourriez y accéder vous-même.
La technique est simple: vous vous concentrez au milieu de votre tête.
Lorsque vous parvenez à sensoriser, c’est à dire à percevoir avec vos sens, votre centre psychique, vous faites rayonner ce soleil dans votre tête.
Je répète qu’il n’y a pas là de visualisation, mais il s’agit de perception sensible, ce qui est un résultat obtenu généralement après un entraînement adapté.
Je vais vous dire ce que je ressens personnellement dans cette situation.
Cette poussée d’énergie, hors de ma tête, ce rayonnement, ouvre sur un espace que je peux deviner infini.
Un océan de paix.
Oui de paix, parce qu’exempt de toute vibration déformante, de toute émotion stressante.
Mais ce n’est pas une paix d’absence de contenu, c’est une paix consistante,c’est une paix qui se goûte, qui a une saveur.
Dans mon corps, il y a des sensations comme des marqueurs, devant mon front, au centre de ma tête et au-dessus de ma tête. Tout mon corps est dans une décontraction souple, sans tension. Il n’y a pas de pensée qui s’impose.
Mais si ma partie inférieure déploie de la pensée, comme dans l’exemple du mail, elle se déploie avec netteté et ordre sur la page blanche de cette paix qui est intelligence pure.
C’est une sensation extrêmement agréable.
Un océan de paix qui rythme des vagues de paix qui nourrissent, qui enrichissent mon être.
Comment vous décrire ce délice?
Je n’ai qu’un désir, celui d’explorer cet océan.
La plus belle façon d’en parler est le silence. Mais nous risquerions de ne pas nous comprendre.
Alors, bien sûr, ce partage d’expérience que je viens de faire avec vous suppose certaines compréhensions, certains acquis comme la science des centres.
C’est mon propos dans cette série de podcasts de vous dévoiler ses connaissances pour que vous aussi, un jour, puissiez accéder à cet océan de paix.

Roland Perret énergéticien en art solaire.

Publié le Laisser un commentaire

Je ne suis pas un guru

Caricature d'un gourou par Roland Perret Énergéticien.


De nos jours, on taxe facilement de gourou les personnes qui présentent des idées spirituelles.
Surtout celles qui ont l’air de savoir de quoi elles parlent.
Je vous propose de voir ensemble ce qu’il en est et si suis moi-même un gourou.
Qu’est-ce qu’un gourou? en sanskrit, cette ancienne langue indienne, le mot gourou signifie « celui qui dissipe les ténèbres ». C’est ainsi qu’on nommait les mentors, les chefs spirituels, les maîtres en tradition philosophique. Il s’agissait bien d’un titre honorifique à la base, en orient surtout.
En occident aussi, d’ailleurs, on qualifie parfois de gourou des personnalités qui ont rapporté d’importantes évolutions, par exemple technologiques ou sociales. On citera Elon Musk comme un gourou. Bien, mais comment sommes-nous passés d’un terme honorifique à une insulte? Ou à minima pour qualifier quelqu’un de louche et de peu recommandable.
Les abus de certains chefs religieux, de dirigeants sectaires qui ont fait scandale.
Scandales qui ont permis de dénoncer leurs méfaits et de sauver certaines personnes de l’emprise de leurs manipulateurs. Certes, mais par amalgame, le terme de gourou est devenu synonyme d’abus de pouvoir, et l’utilisation renforcée de ce mot par les médias, ainsi que la juste dénonciation de certaines dérives, a malheureusement associé dans l’esprit du public, tout mouvement spirituel à une secte et tout enseignant spirituel a un gourou. Curieusement, jusque-là, nos papes, prêtres, curés, évêques, nos imams, ont échappé à cette qualification de gourous. Mais je ne veux pas faire ici de procès.
La pensée matérialiste qui pose a priori l’inexistence du spirituel va forcément considérer comme douteuse toute pensée à orientation spirituelle. Évoquer la seule notion d’âme, par exemple, peut élever nombre de boucliers de suspicions. La présentation d’une vision du monde qui inclut la dimension énergétique ou qui conçoit, par exemple, des univers parallèles, sera étroitement surveillée, voire condamnée, par les tenants de la religion actuelle qu’est notre matérialisme. Je ferai la démonstration dans un autre podcast, de ce que j’affirme ici.
Revenons à la notion de gourou. Il nous faut donc faire la différence entre un enseignant spirituel intègre et un enseignant spirituel qui serait un gourou. Celui qui est animé par le service à l’humanité, celui qui cherche le bien commun et qui propose des services d’aide à autrui s’oppose au manipulateur qui cherche son unique profit au détriment de la crédulité de ses victimes. L’enseignant spirituel intègre n’est pas forcément dans le juste. Il peut voir des personnes qui le suivent, mais il peut se tromper, être rempli de croyances, il peut manquer de pragmatisme.
Cependant, le traiter de gourou serait une marque de manque de discernement.
Qu’est-ce qui caractérise justement un gourou? Qu’est-ce qu’on veut dire par ce terme ?
Il y a deux grands aspects qui caractérisent celui qu’on appelle un gourou au sens négatif du terme. Il y a d’une part l’appât du gain.
Là, je pense qu’il n’est pas nécessaire de développer plus avant. Nous parlons tout simplement d’escroquerie et de mensonges.
D’un autre côté, il y a ce qu’on pourrait appeler de manière générale, le pouvoir. C’est plus subtil, plus difficile à reconnaître.
Tout penseur éloquent a de l’influence. Tout philosophe pertinent peut subjuguer les foules.
Alors le contenu du message ?
Il faut étudier avec rigueur la teneur d’un enseignement pour pouvoir se faire une opinion. Ça demande du temps. La taille de l’audience n’est pas plus un critère. Ce n’est pas le nombre d’oreilles qui fait la valeur du propos.
Il s’agit donc bien plutôt de vérifier la qualité des intentions de celui qui enseigne.
Ah oui, mais alors comment reconnaître les intentions d’un enseignant spirituel?
Un véritable enseignant spirituel digne de ce nom a appliqué ce qu’il enseigne et se doit donc d’avoir une maîtrise et un équilibre psychologique.
J’y reviendrai avec beaucoup plus de précision dans un autre propos. Mais pour résumer, disons qu’il est exempt des tares grossières comme le besoin de reconnaissance, la soif de pouvoir sur autrui. Il maîtrise sa nature et n’a pas de pulsions malsaines.
C’est donc en définitive en étudiant le comportement de l’enseignant, ou de celui qui se pose comme tel, qu’on pourra se faire une opinion sur ses intentions. Ce n’est certes pas chose facile.
Personnellement, avant de m’engager plus avant avec un enseignant, j’observais ses élèves, les personnes sur qui il exerçait son influence. Là, je pouvais voir s’il y avait une sorte de formatage, d’uniformisation de la pensée ou si, au contraire, on pouvait constater un épanouissement, voire une nette croissance et une évolution des individus.
Le titre de ce podcast propose une auto-analyse. Suis-je moi-même un gourou?
Ce qui pourrait être intéressant aussi, si vous êtes dans une position d’enseigner, par exemple, de vous poser vous-même les mêmes questions. Bien sûr, si cela vous intéresse. Mais en attendant, je me pose la question à moi-même.
Il y a donc la question de l’appât du gain.
Si je m’observe, en ce qui me concerne, la réponse est facile.
Je demande dix euros pour une séance de travail énergétique que j’estime de haute qualité. Difficile de parler de vénalité. À côté de mon activité d’énergéticien, je suis un artiste peintre qui a eu la chance de faire une belle carrière et qui a une vie modeste mais confortable. De plus, je suis retraité encore actif par plaisir dans ce domaine et je n’ai pas besoin de gagner de l’argent.
D’ailleurs, si je voulais gagner plus, ce n’est certainement pas dans le domaine de l’énergétique que j’ai exercerais. Ce sont des informations faciles à vérifier. De nos jours, il suffit de taper un nom sur internet.
Il n’y a pas que l’appât du gain, comme nous avons vu, il y a les autres aspects, comme la soif de pouvoir, de reconnaissance, le besoin de séduction, le désir d’avoir de l’influence. Donc, là aussi, il s’agit de faire un petit peu une analyse de soi sincère.
De par ma carrière plutôt brillante d’artiste, j’ai eu mon lot de compliments et d’admirations. Si ces choses ont certainement été des encouragements dans ma jeunesse, mon âge, j’ai soixante neuf ans (nous sommes en 2024) me permet de sourire devant ce soupçon de besoin de notoriété. De plus, je sais pertinemment que de s’exposer ainsi au public est plus source de tracas et de pollutions relationnelles que cela n’a davantages.
Donc, non, soif de reconnaissance, de pouvoir de séduction, non. il y a d’autres motivations plus profondes et plus intéressantes qui, il me semble, m’animent. Alors, il y a un autre aspect de la question: il peut y avoir la vanité, l’orgueil, le sentiment de supériorité.
Ah là, c’est encore plus difficile à discerner. Il faut bien se sonder pour éventuellement déceler des traces de ce type de biais. Je pense qu’une personne qui sait vraiment écouter- je dis vraiment écouter, bien sûr- ne sera pas dans l’orgueil. Je pense que si cette même personne est sincèrement capable de se réjouir du bonheur ou de la guérison de l’autre, n’a pas vraiment de sentiment de supériorité.
C’est finalement une question d’intelligence, d’observation de soi.
Alors il peut y avoir encore un autre aspect:
La pure bêtise.
Vouloir se faire passer pour ce que l’on n’est pas, parler de ce qu’on ne sait pas, faire croire que l’on sait quelque chose alors qu’on l’a juste lu. Se permettre des opinions sans avoir pris le temps de l’analyse.
Faire semblant d’être rempli de sagesse en noyant le poisson dans du verbiage. Là, il est question de rigueur, d’attitude mentale intègre et, encore une fois, de vigilance.
Voilà, alors peut-être trouverez-vous d’autres caractéristiques à prendre en compte dans cet examen de conscience.
N’hésitez pas à me les mettre en commentaires.
En conclusion, en ce qui me concerne, je considère que je ne mérite pas le qualificatif de gourou et je me permettrai de rejeter ce genre d’accusation comme la marque d’un jugement hâtif et non pertinent.

Publié le Laisser un commentaire

Présentation de l’art solaire

Présentation de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

 La pratique solaire consiste en l’éveil et le développement des trois centres fondamentaux en l’homme : le centre psychique, le cœur solaire et le hara. Il s’agit à la fois d’une voie qui amène l’équilibre sur le plan de la personnalité avec la maîtrise psychologique, une véritable éclosion de l’être spirituel en nous, notre double, ainsi que la réponse la plus pragmatique à la question de l’évolution de l’espèce humaine.

Publié le Laisser un commentaire

Interview sur la pratique solaire

Interview au sujet de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

Questions abordées

Qu’est-ce que l’énergie solaire en comparaison avec les autres énergies ?
L’accessibilité de l’énergie solaire. Sa perception et le rayonnement conscient. Critère de reconnaissance de l’état solaire. La modification vibratoire.
La reconnaissance et la perception de l’énergie solaire.
Notre nature double. Les différents aspects de la pratique solaire. La respiration solaire, l’énergétique solaire, le sentiment solaire, la pensée solaire. Élévation du taux vibratoire. L’ aspect compréhension et l’aspect transmission. La recherche de l’autonomie et du bien commun.
Qu’est-ce que le taux vibratoire? Comment l’élever ?  Le travail sur soi. La sublimation et l’effort de joie. Le changement de pôle d’identification.
Augmenter le taux vibratoire. La reconnaissance du négatif et la reconnaissance de la possibilité du changement. L’importance de l’énergétique et de la volonté dans le processus de transformation. La nécessité de la gestion émotionnelle.
Les conditions de la réussite. L’aide énergétique et l’étude. Les guidances, la pratique guidée.