Publié le Laisser un commentaire

Guidance de pratique du cœur solaire – La joie – 25mn

Guidance du cœur solaire-25mn-La Joie. Roland Perret énergéticien. Date de sortie : 2024.

Cette guidance du cœur solaire est une pratique de base que vous pouvez utiliser quotidiennement.
Le travail sur le cœur solaire a une particularité très importante. Outre son action d’une part, sur le corps (physique et énergétique) par la respiration consciente et l’accumulation d’énergie-lumière dans le centre cardiaque et d’autre part sur le mental par une affirmation solaire, il y a un nettoyage et un renforcement du corps émotionnel.
Celui-ci s’opère par une génération, et j’insiste sur le terme de « génération » d’un sentiment solaire. Qu’est-ce qu’un sentiment solaire ? C’est un sentiment propre à l’être réel et profond que nous sommes, l’être éternel en nous, à savoir un sentiment de paix ou de gloire, ou de force ou d’amour…
Le sentiment proposé dans cette guidance est le plus fondamental, à savoir la joie.
La joie solaire, inconditionnelle, est à entendre comme une énergie que nous sommes capables de capter.
Capter une énergie, dans la pratique spirituelle, c’est la générer avant tout. C’est-à-dire la créer, la susciter, la trouver, la dénicher…
Si cette joie est d’abord un acte imaginal, elle devient bientôt une réalité vécue, physiquement, astralement, mentalement, spirituellement.
C’est après l’avoir générée que nous en découvrons ensuite la réalité effective.
L’être humain ignore trop ce pouvoir , celui d’être capable de créer en lui l’émotion, le sentiment, de son choix. C’est le début de la maîtrise psychologique, le début de la vraie liberté.

Puisse cette guidance de joie vous accompagner sur le chemin de votre liberté retrouvée.

   Acquérir la
Guidance de pratique du cœur solaire -la joie- 25mn

Publié le Laisser un commentaire

Les dangers des mondes de l’invisible

Roland Perret, interviewé en mai 2024 par Zeljko Trailovic sur sa chaîne « Histoires et révélations » partage son expérience sur la problématique des entités du monde astral.
Le côté séducteur du voyage astral inauguré par Lobsang Rampa.
L’intérêt d’étudier les phénomènes de la manifestation extrême des apparitions et des « voix dans la tête ».
Une expérience vécue par l’auteur de la confrontation de deux personnes qui entendent des voix.
Les voix veulent rester cachées. l’interdiction à la victime de communiquer sur leur présence.
Le métamorphisme des entités éthériques (ou de l’astral).
Leur capacité de lecture dans notre psyché et l’utilisation des failles psychologiques et parfois physiologiques. La notion d’implants.
Le dévoilement du côté mensonger de la plupart des entités qui sont en contact avec nous.
Le pourquoi de ces tromperies.
La croissance de ces êtres dépend de l’accroissement de leur énergie. Plutôt que de fournir leurs propres efforts, certains de ces êtres entrent en translation, en changeant leurs fréquence, dans notre monde physique pour voler notre énergie vitale.
L’assimilation de notre énergie demande à ce qu’elle soit mélangée à des énergies de plus basse fréquence : les émotions négatives, les peurs, les angoisses…
La translation des êtres éthériques dans notre monde physique est un effort. D’où la pose d’implants qui fonctionnent comme des programmes en boucle qui forcent la récurrence des états de faiblesse par inductions.
Un cas d’exemple de contrat pervers avec la voix de « Dieu » dans la tête.
Les risques de ces contrats dans notre vie de rêves et donc lors du voyage astral.
La notion d’élévation vibratoire à volonté est la seule garantie de notre sécurité dans le monde d’astral, le monde de la mort. Les critères de cette notion. La capacité nécessaire de dissolution des émotions.
Le traitement trop léger de la question du rêve lucide.
Anecdote du sas de l’église pour illustrer l’intrusion des parasites dans le monde physique.
Les comportements où on peut soupçonner l’interaction de l’invisible.
La solution de l’élévation du niveau vibratoire.
Le piège des rites, des invocations et des prières. C’est encore chercher à l’extérieur.
La vraie lumière se trouve en nous et doit de déployer par notre volonté propre sans commerce avec l’invisible avec ces êtres dont nous ne connaissons pas les intérêts cachés.
Écouter ses envies ? Question encore de niveau vibratoire.
La clairvoyance membranaire versus la clairvoyance apprise.
Les critères d’une véritable évolution spirituelle.
L’abus de pouvoir des entités irrégulières. L’exemple de la blénie à dents de sabre.
L’existence de prédateurs plus importants.
La question de l’âge. La faille de la faiblesse psychologique.
Le tunnel de lumière a la mort est-il un piège ?
Grandir pour sortir de la faiblesse de l’identification au petit moi.
L’évolution spirituelle est plus difficile dans l’après-vie que dans le monde de l’incarnation.
Le renforcement de la volonté individuelle. Se méfier du commerce avec l’invisible.
Le tissage du corps énergétique de lumière.
La question de la maîtrise de l’émotion et la différence entre la maîtrise et le lâcher-prise.
Le feu de la volonté et l’accumulation énergétique dans les centres.

Publié le Laisser un commentaire

Anatomie d’une paix profonde

Anatomie d'une paix profonde par Roland Perret énergéticien

Je vais essayer de vous décrire une expérience maîtrisée de paix profonde.
En quoi cela peut-il vous intéresser?
Comment une expérience subjective pourrait-elle vous être utile ?
C’est ce que nous allons voir.
De quoi s’agit-il? Imaginez un espace infini de bien-être total, complet qui se superpose aux états de conscience ordinaires, qui permet de vivre différemment tout ce qui nous arrive: une sensation très présente, très intense, de calme insondable qui permet un regard sur les choses et les événements dénués de cette sorte de nervosité de fond, de cette tension permanente qui sous-tend tous nos actes, peut-être voyez-vous ce que je veux dire. Mais avant de vous décrire plus précisément cet océan de lumière, il me faut justifier la validité de mon expérience et en quoi elle pourrait être intéressante pour vous. Le changement d’état de conscience est une expérience que vit tout chercheur un tant soit peu assidu dans ses démarches d’exploration.
La très grande majorité de ces expériences ont un point commun: passer un temps plus ou moins court, elles se dissolvent. Il peut en rester, bien sûr, un aspect psychologique, un aspect rassurant, dans certains cas. Elle peut s’accompagner d’une compréhension de certains concepts ou encore apporter des résolutions à certaines situations. Ces expériences sont tellement variées qu’il est quasiment impossible de les cataloguer. Mais la plupart ont ce point commun: elles s’éteignent, elles sont fugaces et malgré les efforts qu’on peut fournir, elles ne se reproduisent pas, du moins, pas à l’identique.
La reproductibilité de l’expérience est un aspect très important. Vous savez qu’en science,la validité d’une expérimentation n’est acquise qu’à partir d’un certain nombre de fois où l’on a obtenu le même résultat. Nous pouvons, dans une certaine mesure, appliquer cette technique de validation aux expériences spirituelles.
Vous pourriez me rétorquer que les expériences spirituelles sont intimes et propres à chacun.
Certes peut-être, mais quelle est la valeur pragmatique d’une telle vision?
L’instrument de recherche de l’investigateur spirituel, c’est ses perceptions. Si ces perceptions sont subjectives, cela supposerait que nos expériences spirituelles seraient de simples mirages, des reflets un peu étranges de la vie organique de nos cerveaux. Si nos expériences de conscience modifiée n’étaient qu’individuelles et subjectives, il serait impossible que nous puissions espérer accéder à une objectivation de la question spirituelle. Nous ne pourrions pas espérer pouvoir découvrir les lois concrètes des mondes spirituels. Comment pourrions-nous avancer dans la découverte des véritables rapports entre les mondes spirituels et le monde physique, par exemple? Ce type d’expérience subjective a une origine difficile à déterminer. Il peut s’agir de mouvements organiques ou hormonaux. Ce peut être aussi des situations dramatiques ou au contraire euphorisantes, qui provoquent dans notre système psychologique et neuronal des sensations particulières. Une impression non subjective serait, à minima, une expérience reproductible à volonté dans ses résultats, dans ses effets. Elle pourrait ainsi être observée, étudiée, approfondie,certes individuellement, mais dont les caractéristiques observables, peuvent constituer un terrain d’étude.
La reproduction à volonté d’une expérience intérieure a une saveur différente, mais surtout une très grande valeur: celle d’être pratique.
Je vous propose un exemple. Imaginez que vous receviez un e-mail, un mail plutôt désagréable qui laisse supposer, par exemple- mais à tort, bien sûr- que vous êtes quelqu’un de toxique, de peu recommandable. On s’est mépris sur vos intentions ou vos actes et on vous accuse d’être malhonnête, par exemple. Imaginons que vous vouliez répondre à ce mail, tenter d’expliquer, de vous justifier peut-être. C’est un exercice difficile qui demande votre pleine concentration pour ne pas risquer d’envenimer encore plus la situation, et vous sentez bien qu’il y a des pulsions qui montent en vous. Ça pourrait être un sentiment d’injustice, de la colère, de la tristesse, ça peut être toutes sortes d’émotions et ces émotions brouillent votre calme, entament vos facultés de jugement et d’analyse.
Si vous répondez à ce mail sous le coup de ces montées émotionnelles, il y a fort à parier que vous ne feriez qu’envenimer la situation.
Si vous avez un peu de sagesse et de l’expérience de vie, vous pourriez décider de ne pas répondre immédiatement, d’attendre de vous être calmé avant de faire votre réponse. Mais là, dans notre exemple, c’est urgent, le temps compte et il faut réagir de suite.
Imaginez:
Que vous soyez capable de générer cet océan de paix en vous là, à l’instant.
Alors même que vous êtes envahi par ses émotions négatives.
Le résultat serait une sorte de gémellité, une partie de vous, la partie gouvernante est en paix parfaite, goûtant la saveur de cette paix.
Une autre partie de vous, la partie gouvernée, écrit sa réponse au mail.
Cette partie gouvernée, c’est-à-dire qu’on a laissé sa place à son moi supérieur, devient capable, tout naturellement, de trouver les bons arguments de réponse.
Pourquoi? Parce que les émotions négatives sont instantanément dissoutes par l’activité de l’océan de paix.
Il ne s’agit bien sûr là que d’un exemple, mais je suis persuadé, si vous m’avez suivi jusque-là, que vous comprenez l’énorme intérêt de cette génération spontanée de paix sans condition.
Je vais à présent essayer de décrire cette expérience et comment vous pourriez y accéder vous-même.
La technique est simple: vous vous concentrez au milieu de votre tête.
Lorsque vous parvenez à sensoriser, c’est à dire à percevoir avec vos sens, votre centre psychique, vous faites rayonner ce soleil dans votre tête.
Je répète qu’il n’y a pas là de visualisation, mais il s’agit de perception sensible, ce qui est un résultat obtenu généralement après un entraînement adapté.
Je vais vous dire ce que je ressens personnellement dans cette situation.
Cette poussée d’énergie, hors de ma tête, ce rayonnement, ouvre sur un espace que je peux deviner infini.
Un océan de paix.
Oui de paix, parce qu’exempt de toute vibration déformante, de toute émotion stressante.
Mais ce n’est pas une paix d’absence de contenu, c’est une paix consistante,c’est une paix qui se goûte, qui a une saveur.
Dans mon corps, il y a des sensations comme des marqueurs, devant mon front, au centre de ma tête et au-dessus de ma tête. Tout mon corps est dans une décontraction souple, sans tension. Il n’y a pas de pensée qui s’impose.
Mais si ma partie inférieure déploie de la pensée, comme dans l’exemple du mail, elle se déploie avec netteté et ordre sur la page blanche de cette paix qui est intelligence pure.
C’est une sensation extrêmement agréable.
Un océan de paix qui rythme des vagues de paix qui nourrissent, qui enrichissent mon être.
Comment vous décrire ce délice?
Je n’ai qu’un désir, celui d’explorer cet océan.
La plus belle façon d’en parler est le silence. Mais nous risquerions de ne pas nous comprendre.
Alors, bien sûr, ce partage d’expérience que je viens de faire avec vous suppose certaines compréhensions, certains acquis comme la science des centres.
C’est mon propos dans cette série de podcasts de vous dévoiler ses connaissances pour que vous aussi, un jour, puissiez accéder à cet océan de paix.

Roland Perret énergéticien en art solaire.

Publié le Laisser un commentaire

LA JOIE SOLAIRE face aux sentiments ordinaires

La joie solaire. Pratique de l'éveil du cœur par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

LA JOIE SOLAIRE

La pratique solaire insiste tout particulièrement sur la joie du cœur.
Je vous propose de voir ensemble de quoi il retourne.

LA JOIE CONDITIONNÉE

Nous connaissons tous une alternance de joies et de tristesses, de bien-être entrecoupé de moments de crispations, voire d’irritations ou même d’angoisses.
Cette alternance d’états induits par l’interaction avec les événements de notre vie quotidienne forme le paysage de notre vie émotionnelle. C’est un genre de jeu de yoyo qui nous fait subir des hauts et des bas, loin de ce que l’on pourrait appeler égalité d’humeur ou encore équanimité.
La vie émotionnelle de l’homme qui n’est pas engagé dans une démarche et un processus de prise en charge de sa vie psychique est caractérisée par le désordre d’une gamme de sentiments d’incomplétude et d’insatisfactions intermittentes. Une telle personne, quels que soient ses acquis matériels ou psychologiques, ne peut connaître le bonheur véritable. La seule joie qu’elle connaît est une joie dépendante d’événements qu’elle considère comme positifs. Or la vie ne peut pas être une suite ininterrompue d’événements en adéquation parfaite avec les désirs d’un individu. C’est la joie « conditionnelle », fragile, sujette aux immanquables aléas du quotidien.
Si la joie conditionnée était la seule possible pour l’homme, la quête d’un véritable bonheur, complet et permanent, serait une illusion, vouée à un inéluctable échec.

LE YOYO DES ÉMOTIONS

En général, la plupart des hommes considèrent ces états émotionnels comme une fatalité ou pire, affirment haut et fort que c’est leur personnalité, sans rien vouloir y changer.
D’autres, face à la prise de conscience de ce mécanisme subi vont adopter une médication ou décider de se soigner de leurs programmations négatives. À leur disposition, il y a les techniques de développement personnel ainsi que le panel des outils thérapeutiques et psychomagiques. Ce sont des outils souvent merveilleux dont la présence indispensable dans nos sociétés n’est plus à prouver.
Ces pratiques, dont l’efficacité dépendra de la complexion de l’individu et des compétences du praticien, peuvent se révéler très utiles pour atteindre un certain équilibre de la vie psychique et une meilleure santé. Elles peuvent apporter un plus grand bonheur relatif, qui correspond à un sommet de l’épanouissement de la personnalité ordinaire. Pour l’ésotériste, l’harmonisation des émotions correspond à l’équilibrage du chakra du cœur, ce vortex énergétique régulateur de la vie émotionnelle, en rapport avec les sécrétions hormonales responsables de notre bien-être psychique.
Mais même cet accomplissement se heurte à la limite du champ émotionnel, toujours dépendant à quelque degré des conditions extérieures. Les thérapies et les initiations horizontales effectuent un nettoyage de la personnalité, avec parfois des éclairs de lumière, mais sans permettre un réel bonheur, permanent et stable.
Pour quelle raison ? Parce que la vie ne peut pas répondre aux désirs multiples et contradictoires de chaque individu. Et d’autre part, la vie ne nous invite-t-elle pas à un dépassement et un épanouissement de nos qualités latentes ?

LE CŒUR SOLAIRE

Un réel bonheur ne peut qu’être indépendant des aléas de nos vies. Le seul véritable bonheur est un bonheur inconditionnel.
Celui-ci serait impossible à atteindre s’il n’y avait en l’homme une structure différente du centre émotionnel de sa personnalité ordinaire, différente du chakra du cœur.
Cette structure énergétique mal connue est ce que l’on appelle le cœur solaire.
Ce centre est en latence dans la poitrine de l’individu. Son réveil dépasse largement l’objectif de l’atteinte du bonheur personnel mais c’est sous l’angle de sa quête que nous l’abordons ici.

L’ ACTIVATION DE LA JOIE SOLAIRE

L’éveil du cœur solaire, véritable centre essentiel de l’être, et dont l’expression fondamentale est l’amour et le bonheur inconditionnel se réalise par le fait de générer et d’intensifier la joie.
Il s’agit de comprendre que l’individu est capable de ressentir des sentiments sans qu’ il soit besoin de stimulis extérieurs.
Imaginer, générer par la volonté, et surtout ressentir physiquement une joie dans son cœur est la clef de l’éveil de la joie véritable qui sommeille dans le centre solaire. La joie humaine ravive comme par un jeu de miroir la joie intrinsèque du cœur solaire.
Il s’agit ensuite de l’intensifier par un effort interne.
Ainsi l’individu devient capable d’éprouver, progressivement, une joie profonde et authentique, quelles que soient les circonstances de sa vie. C’est la clef du bonheur permanent.
C’est un effet de la pratique solaire. Sa portée est bien plus vaste et concerne les accomplissements les plus élevés de la nature humaine.

LE RAYONNEMENT SOLAIRE

Parmi les facultés qui s’éveillent lors d’un début d’activation du centre solaire, citons la capacité de transmettre des courants énergétiques de lumière, par les mains surtout. Ces influx énergétiques soutiennent la croissance du centre solaire et de la joie intérieure dans un pur mouvement d’amour inconditionnel, pour les cœurs qui s’y ouvrent.

Roland Perret Énergéticien en art solaire

Publié le Laisser un commentaire

Les prérequis de la pratique

Activation du cœur solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

LES CONDITIONS DE LA PRATIQUE SOLAIRE

LES PRÉREQUIS

S’il est toujours possible de profiter de soins solaires ou d’une séance solaire occasionnelle, pour devenir un véritable pratiquant, il y a quelques prérequis.

La persévérance

Tout d’abord, il faut être capable de persévérance. Puisqu’il s’agit d’un processus de transformation, celui-ci s’inscrit dans le temps et demande de par ce fait non seulement d’enclencher un début de transformation, mais de l’entretenir avec régularité. Les mémoires du corps, par exemple, sont concernées ainsi que les habitudes les plus ancrées. Seule une pratique régulière qui s’inscrit sur une certaine durée sera à même d’opérer ces changements fondamentaux.

Ouverture d’esprit

Par ouverture d’esprit, on peut entendre ici la capacité de remettre en question ses propres paradigmes.
Nous avons été conditionnés par une certaine vision du monde. Être capable d’assouplir et à terme, de modifier ces conditionnements, nous permettra d’élargir notre champ de connaissance et de compréhension du monde. Un mental figé dans ses conceptions risque de retarder, voire de bloquer l’avancée du pratiquant.

Volonté d’évolution

Il est nécessaire d’avoir un désir et une intention profonde de changement de sa propre nature. La réalisation solaire implique des découvertes fondamentales au niveau de l’identité. C’est une transformation réelle et pragmatique concernant tous les aspects de l’être. Une puissante volonté d’évolution est la base incontournable du développement solaire.

Conscience des enjeux

Il s’agit d’un travail de libération de l’être au niveau de son noyau. La pratique solaire a des implications non seulement sur la personnalité, non seulement sur la relation aux autres mais aussi sur le plan spirituel. C’est-à-dire que les enjeux dépassent le cadre de notre vie transitoire et concernent ce que l’on peut appeler le moi divin.

L’humilité

Il est évident que l’humilité est la seule attitude possible pour apprendre et acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Mais cette qualité à une plus grande importance encore dans le processus d’intervertissement des personnalités entre le moi ordinaire et le moi divin.

L’étude

L’instructeur étant un pratiquant ayant amené son développement solaire à un certain niveau, l’apprenant sera gagnant à laisser agir sur soi les enseignements proposés. C’est le principe de l’étude, c’est-à-dire premièrement poser un enseignement donné comme une hypothèse personnelle.
Deuxièmement, sur un certain laps de temps, observer et analyser les composantes et conséquences de l’hypothèse.
C’est seulement alors que l’apprenant pourra vérifier ou infirmer la validité de l’enseignement.

LES FACILITATEURS

En principe, tout le monde peut accéder à la pratique solaire. Il y a cependant des facteurs qui facilitent le travail.

La sensibilité énergétique

il est évident que lorsqu’on est capable de ressentir pragmatiquement les manifestations de l’énergie dans son corps, cela conforte dans l’efficacité de son travail. Ressentir chaleurs, picotements, balancements du corps ou d’autres manifestations comme des expansions de conscience lors des transmissions énergétiques de l’enseignant laisse peu de place au doute.
Il est cependant utile de rappeler que même sans ces sensations, l’énergie-lumière opère son action dans l’ensemble des corps subtils. Nulle inquiétude donc dans le fait de ne rien ressentir dans un premier temps et garder patience.

La culture spirituelle 


Elle peut être un soutien important pour le mental et accompagner de compréhensions l’avancée du pratiquant. Elle peut aussi permettre d’éviter les embûches sur la voie. Encore faut-il que cette culture soit sérieuse et suffisamment souple pour s’accommoder de nouvelles conceptions. Pour peu qu’elle soit dogmatique ou limitée, elle pourrait être un fâcheux obstacle et bloquer l’avancée du pratiquant qui risque de mettre ses idées préconçues en opposition avec les hypothèses de travail proposées par l’enseignant. Une véritable culture spirituelle est vivante et n’est jamais figée dans une affirmation péremptoire.

Roland Perret énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

Les corps subtils – le corps causal

les corps subtils par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Description des corps subtils dans leur relation avec le travail de l’éveil solaire. 

Conférence de Roland Perret. 

  • L’importance du corps causal dans le processus.
  • corps éthérique (le corps physique est un corps éthérique dense)
  • corps astral (émotionnel)
  • mental inférieur (Manas inférieur)
  • mental supérieur ( corps causal)
  • corps christique (Buddhi)
  • corps divin (Atman)
Publié le Laisser un commentaire

Le bonheur inconditionnel- arnaque ou réalité ?

Roland Perret, Énergéticien en art solaire

Le bonheur inconditionnel, arnaque ou réalité ?

Vidéo de Roland Perret.

Le bonheur conditionné par les circonstances- le yoyo.
Comment le trouver ? Les conditions de l’inconditionnel.
La dissolution de l’émotion indésirable.
La génération de la joie solaire et sa sublimation.
L’existence du soleil intérieur et l’art de son éveil.
L’acceptation du réel.
La captation de la paix.
L’intensification du bonheur.
Le bonheur conditionnel est un mensonge.
La question de la liberté émotionnelle. La prison de l’émotion.
La maîtrise du rayonnement.

https://www.youtube.com/@revelationducoeur1254

Publié le 4 commentaires

Sortir du piège – Le sceau de Salomon

Le sceau de Salomon, l'hexagramme, nous montre une voie de délivrance pour échapper à la sphère réflectrice. revelationducoeur.com

L’homme est en prison et c’est un piège spirituel.
Explication.

L’homme est issu du monde spirituel. De ce fait, il a en lui une liaison fondamentale avec le monde spirituel.
Il y a une programmation active et vivante depuis ces hauteurs jusque dans la conscience humaine. Ce flux informationnel traverse de nombreuses strates jusque dans la densité de la matière.
Il y a deux strates qui sont très importantes pour nous. La strate mentale (plus exactement le mental inférieur) et la strate émotionnelle 
La faiblesse des capacités mentales et le manque de gestion harmonieuse des capacités émotionnelles de l’homme ont pour conséquence l’incapacité d’intégrer les informations des strates élevées du monde spirituel. Ce flux est destructeur pour la faible constitution de l’homme qui n’a pas une structure viable pour supporter ces vibrations élevées.
Pour s’en protéger, l’homme diffracte, dilue, atténue et déforme le flux informationnel.
Les deux strates, mentale et émotionnelle forment un monde miroir, appelé sphère réflectrice par la tradition. Elles ne réfléchissent plus les informations de la réalité spirituelle mais au contraire relayent des pensées et des émotions illusoires.  
Ces illusions sont entretenues par certaines entités vivant sur ces plans et qui influencent directement l’homme. Les pensées et les émotions diffractées en très grand nombre ont créé des agglomérats appelés égrégores.
Ceux-ci, n’ayant pas d’origine réelle, c’est à dire spirituelle, ont besoin pour se maintenir des énergies mêmes qui les ont créés. Par exemple, l’égrégore de l’alcoolisme encouragera l’homme à assouvir sa passion. Les énergies libérées par l’alcoolique retourneront nourrir l’égrégore de l’alcoolisme qui devient de plus en plus puissant dans son influence. 
Le plus important pour les mondes invisibles est que l’homme passe à l’acte. Pourquoi ?
L’homme, incarné dans la dimension physique, peut se symboliser par  un triangle tourné vers le bas. En haut, les pensées et les émotions, la pointe tournée vers l’acte. 
Les actes de l’homme, du fait de la densité de la matière, ont des répercussions puissantes sur tous les mondes. Au lieu de revenir nourrir leur véritable origine, les actes, sous l’influence de la diffraction vont nourrir les égrégores.
C’est ainsi que l’homme est prisonnier des mondes invisibles. La très haute intelligence de ces entités irrégulières leur permet de maintenir l’homme dans l’illusion de sa liberté de penser et de ressentir.
Ne croyez pas que ces êtres veulent la perte de l’homme pas plus qu’un fermier ne voudrait la perte de son bétail. Elles ont besoin de vivre cachées parce que la conscience de leur présence peut être pour elles un feu brûlant. La négation de leur existence par l’avènement du matérialisme est une de leurs ruses principales. Actuellement, par le fait de la diffusion massive et quasi instantanée des idées et des émotions par Internet, ces programmations sont plus puissantes que jamais. 
On distingue deux classes de ces entités : les ahrimaniennes et les lucifériennes.
La classe ahrimanienne provoque la guerre, la haine, le meurtre et toutes les formes d’inimitiés autant dans les relations, de couple par exemple, qu’entre des nations.
La classe luciférienne exalte l’homme, le poussant à des réactions illusoires et idéalistes. Rêvasser, commenter sans fin les actualités, refaire le monde, sont des activités dont l’inutilité joue le jeu de ces entités. Par exemple, être outré par un crime de guerre sans pouvoir poser un acte réel crée une frustration. Comme aucune énergie ne se perd, cette frustration va retourner nourrir l’égrégore de la guerre. Ainsi, créer par exemple un organisme pour la paix mondiale est une autre manière d’alimenter cette roue infernale. En effet, ce qui est vraiment important, c’est le contenu de l’âme, les pensées et les émotions, qui va déterminer la véritable influence de l’acte. Or, toute énergie négative, même bien-fondée socialement, va alimenter la négativité.
Le piège est redoutable. Les égrégores bénéficient de milliers d’années d’expérience. Sachez qu’ils peuvent lire l’inconscient de l’homme comme un livre ouvert et que de plus ils sont polymorphes. Ils peuvent apparaître sous la forme qui correspondra le mieux au but qu’ils se sont fixés. Que ce soit Jésus, la Vierge, Mahomet, un ange, un animal gardien ou un diable, ce sera toujours selon selon les croyances dans un but d’asservissement.
Alors que faire ? Comment s’échapper du troupeau ? 
Si un homme parvient à éradiquer les pensées et les émotions diffractées dans ses corps subtils, il accédera au flux informationnel de la Réalité. Ses actes justes s’inscriront dans la sphère subtile et permettront à d’autres consciences d’y accéder.
Il doit créer en lui un triangle la pointe tournée vers le haut. Il doit se créer un corps de lumière. C’est ainsi que le sceau de Salomon, avec ses deux triangles imbriqués est le symbole de ce qu’il y a à accomplir.
Il doit user de l’élément feu de sa volonté libre pour élever son niveau vibratoire et ainsi transformer ses pensées en intelligence et ses émotions en sagesse. C’est alors un acte qui est clairement tourné vers le divin.
Ainsi se forme l’étoile de David et tout homme qui se veut sage et libre est dans la nécessité d’y tendre.
Vers quelle pratique se tourner ?
Dans leur malignité, les égrégores nous proposent aujourd’hui des centaines de voies et nous susurrent à l’oreille que tous les chemins mènent à Rome, qu’il suffit d’écouter la voix de ses préférences. Mais bien sûr, nos préférences personnelles, liées à nos pensées et à nos émotions diffractées, sont programmées de manière à ce que jamais nous ne puissions nous échapper du troupeau…  Il leur suffit de lâcher en nous les petites sucreries des illusions d’avancement.
Alors ?
Alors, il faut étudier et chercher. Il y a eu de véritables Maîtres qui se sont incarnés pour nous montrer la voie.
Personnellement, je n’ai foi qu’en l’activation directe des centres de la tête ou du cœur par la volonté consciente. Pas d’alliance avec des êtres dont je ne connais pas les véritables intentions. Pas de rites magiques dont je risque de payer très cher les récompenses dans l’au-delà.
J’ai choisi la voie de l’activation des centres solaires parce que j’en éprouve pragmatiquement les effets libérateurs. 

Il s’agit de se hisser hors de la boue par la force de son esprit et de son cœur, dans le feu de la volonté et de la joie.

Roland Perret
juin 2022

Publié le Laisser un commentaire

Présentation de Roland Perret

Roland Perret, Énergéticien en art solaire. revelationducoeur.com

LA QUESTION DE L’IDENTITÉ

Se présenter est toujours un acte un peu étrange où on peut avoir le sentiment quelque peu confus de ne pas dire toute la vérité. Et pour cause… Nous sommes bien plus que notre moi social, nous sommes le moi spirituel, le surmoi ! Peu importe le nom que l’on peut donner à cette identité sublime en nous. J’essaie ici de répondre à cette question si importante de qui nous sommes, de qui je suis.

Publié le 4 commentaires

papier carbone, eau et lumière

Récit d'un rêve initiatique décrivant les étapes du nettoyage des conditionnements par Roland Perret, énergéticien en art solaire.

ANATOMIE D’UN RÊVE INITIATIQUE

Je désire partager avec vous un rêve étrange, un de ces rêves où on peut avoir le sentiment d’avoir été enseigné. Souvent, au réveil, la bizarrerie de nos rêves est jugée dans l’instant comme absurde et inutile par notre mental conscient. Mais parfois, le sens jaillit comme une évidence en un éclair, ou plus souvent en une succession d’éclairs, qui sont autant de révélations.
De ce rêve, il ne m’est resté certainement que des bribes , tant il est bref, le voici :

« Un bloc de papier carbone noir doit être mâché pour faire de l’eau. Et alors l’eau permettra un espace de lumière. »

Je vous avais dit que ce rêve était étrange… Son sens initiatique m’est apparu de manière synthétique avec le décodage de chacun de ces trois éléments.

Le papier carbone


Peut-être que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent pas le papier carbone.
Il s’agit de feuilles très fines encrées en noir ou en bleu qui servaient à la copie des documents avant l’invention de la photocopieuse. On les utilisait dans les machines à écrire pour doubler le document, mais on en trouve toujours parce que ces feuilles sont très pratiques pour le transfert des tracés de patrons en couture. Je m’en sers personnellement dans mon travail artistique pour transposer mes dessins sur le bois massif.
Autant dire que ça ne se mange pas ni ne se mâche… !
Le carbone avec sa couleur noire est le symbole par excellence de la matière à transformer. Tout comme le plomb, les alchimistes cherchaient à transmuter le charbon en or.
Nous transformons le gaz carbonique des végétaux pour respirer.
C’est l’image d’un résidu noir, compact, d’une scorie qui ne peut demeurer dans nos corps sous peine de mort.
C’est donc quelque chose de noir à éliminer en nous… par exemple une tendance négative récurrente.
Mais pourquoi un bloc de papier carbone ?
Rappelez-vous que ces feuilles permettent la copie. Nos ombres, pour beaucoup, sont « copiées » depuis une source quelconque dans la densité de notre corps émotionnel. Nombre de nos problématiques proviennent de nos conditionnements. Et qu’est-ce qu’un conditionnement, sinon la copie d’un programme étranger à notre vraie nature ?
Il en va ainsi de certains comportements hérités de nos parents dont on voudrait pouvoir se débarrasser. Il en va ainsi de certaines habitudes négatives prises au cours de notre éducation ou issues de l’influence de notre environnement…
Nous sommes emplis de duplicatas obsolètes qui nous empêchent de vivre des relations harmonieuses ou tout simplement d’être nous-mêmes, vraiment.
Et donc, le rêve dit de mâcher ces feuilles de carbone jusqu’à en faire de l’eau.

L’eau


Gandhi conseillait de « boire ce que l’on mange ». Une parfaite manière de se nourrir serait de liquéfier nos aliments solides et de ne les avaler que lorsqu’ils sont liquides, imprégnés complètement de nos sucs salivaires.
Le rêve propose de transformer le carbone en eau. L’eau est la fluidité, la transparence. Tout l’opposé du carbone ! L’eau désigne le niveau énergétique des quatre éléments fondamentaux constituants de la nature et de l’homme. Elle nous parle de l’éthique et de sa fluidité, de sa circulation qui devrait être libre.
Mâcher jusqu’à rendre liquide serait alors d’abord prendre conscience de la programmation solidifiée, puis la retourner en soi, la digérer pour en reconnaître sa véritable nature jusqu’à sa libération, sa dissolution.
L’eau doit couler entre les êtres, c’est alors que s’ouvre un espace de lumière.

L’espace de lumière


Le rêve nous parle de relations, avec les autres et aussi avec nous-mêmes.
Si l’espace intérieur est fluide comme l’eau, alors une relation de paix, d’amour, de sérénité, de justesse devient possible.
J’ai réalisé, au sortir de ce rêve, combien étaient précieuses nos relations. J’ai saisi à quel point nous étions dans un espace lumineux, lorsque nos rapports sont vraiment harmonieux.
Nous autres, chercheurs, espérons trouver la lumière dans nos techniques, dans nos lectures, dans nos enseignements et ne réalisons pas toujours que ce à quoi nous aspirons est là, si proche, dans notre relation juste à l’autre.
« Car là où il y en a deux ou trois assemblés en mon Nom, je suis là au milieu d’eux… »
Cette phrase a pris désormais un nouveau sens pour moi.

La veille au soir de ce rêve, j’avais regardé un excellent film sur ma tablette. Sans doute y a-t-il un lien avec le rêve, parce que ce film traite justement de cela, à condition de le regarder attentivement.
Son titre est « Le Discours » de Laurent Tirard (2020).
Si vous avez la curiosité de voir ce film très drôle, soyez attentif au dénouement, quand le héros parle de la « tarte mal tournée » de sa sœur, s’extirpant de ses peurs et de ses projections et qu’un espace de bien-être, de lumière, s’ouvre enfin.

Puissiez-vous mâcher vos charbons, que l’eau de vos relations s’écoule dans un espace de lumière !

Roland Perret
Énergéticien en art solaire.