Publié le Laisser un commentaire

Distinction entre le chakra du cœur et le cœur solaire

Coeur solaire et sa différence avec le chakra du cœur par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

DINSTINCTION ENTRE LE CHAKRA DU CŒUR ET LE CŒUR SOLAIRE

Dans la pratique de l’éveil du cœur solaire, il est bien spécifié la différence entre le chakra du cœur et le cœur solaire. Pourquoi ?
Comme il souvent difficile de faire cette distinction très importante, je vous ai dessiné ces centres avec quelques explications.
Les chakras, et donc le chakra cardiaque, sont les régulateurs de notre personnalité humaine. Une de leurs fonctions est de, par le biais des glandes endocrines, distribuer l’énergie vitale dans le corps. Leur développement entraîne une culture de la personnalité qui peut apporter de magnifiques résultats sur le plan spirituel.
Cependant, ils ne peuvent pas amener à la libération solaire.
Seuls l’éveil et le développement d’un centre de l’être essentiel en l’homme, comme le cœur solaire, est capable de réaliser la pleine potentialité de l’homme réel.

Le chakra du cœur

Nourri énergétiquement par la rate comme les autres chakras, il gouverne la vie émotionnelle-mentale en correspondance avec la glande endocrine du thymus. Son développement automatique peut conduire à une harmonisation des sentiments mais peut également être responsable de troubles cardiaques ou neurologiques.
Un travail sur les chakras sera un stimulateur de croissance pour la personnalité « inférieure » mais n’est pas un activateur direct du déploiement de l’essence de l’être essentiel que nous sommes.

Le cœur solaire

 Stimulé énergétiquement par l’influx magnétique d’un enseignant solaire et entretenu par une pratique assidue et une attitude qualitative correcte, il développe l’être essentiel vers sa pleine maturation.
Il apporte le plein développement des chakras de manière indirecte, plaçant ainsi la personnalité « inférieure » toute entière au service de la lumière.

Publié le Laisser un commentaire

Le cœur solaire éveillé

Le cœur solaire éveillé par la pratique solaire par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

LE CŒUR SOLAIRE ÉVEILLÉ

Il y a vraiment une transformation possible pour l’ être humain. Ce n’ est pas une illusion de plus ou une vision abstraite et chimérique.
C’est une modification radicale au niveau de la personnalité qui est envisageable. Plus précisément, c’ est une révolution sur le plan vibratoire.
Le taux vibratoire détermine la qualité de nos états de conscience. Ceux-ci sont en rapport direct avec nos capacités de bien-être et de bonheur dans notre vie incarnée. La qualité de ce taux est aussi en relation intime avec ce que nous vivrons après la dépose de notre corps physique. Parce que la «matière» macrocosmique, celle des mondes éthériques, répond automatiquement à nos états vibratoires. Tout comme les rêves qui sont le reflet de notre subconscient, la qualité de notre vécu sur le plan vibratoire post-mortem dépendra de notre capacité de gestion de notre taux vibratoire.
On peut dire que notre capacité à modifier et à améliorer nos états d’être est notre bien le plus précieux, quel que soit notre environnement, quelque soit la dimension dans laquelle on se trouve.
Ce taux vibratoire individuel est en rapport direct avec l’intensité de conscience que nous sommes en mesure de déployer. Il est très utile de découvrir une certaine mobilité, une certaine liberté, dans nos états intérieurs. Améliorer la qualité de nos pensées et de nos sentiments est indispensable, si l’ on souhaite atteindre le bonheur inconditionnel ou que l’ on cherche à répondre avec profondeur, et par des actes, à la question du pourquoi de notre existence.

LE TAUX VIBRATOIRE

Le taux vibratoire est la clé du mystère essentiel de nos existences.
Notre corporéïté comporte un programme de déploiement. C’est la raison première de l’incarnation, qui fait de nos corps des cosses, enveloppant la graine de notre origine première.
C’est l’ adéquation à un taux vibratoire provenant d’une surnature qui peut permettre le déclenchement de ce processus. Cette énergie-lumière doit progressivement pouvoir être maintenue pour enclencher les différentes phases de ce qui a été appelé «transfiguration».
La guérison de nos grisailles ou de nos noirceurs est implicite dans cette élévation de l’âme.
Une fois qu’une certaine quantité d’énergie-lumière a pu enfanter le foetus solaire dans le cœur, la personnalité ordinaire devient capable de s’ effacer sous l’ effet de la splendeur vibrante du champ solaire. Les vibrations-lumière imprègnent autant la psyché que les cellules et tout l’ être devient un soleil vivant. Le cœur vibre intensément dans une paix profonde, empreinte de la noblesse des hauteurs. Les mains deviennent instantanément des émetteurs puissants, capables de transmettre une partie de ce taux vibratoire à une autre personne. Celle-ci saura recevoir ces émanations salutaires pour la stimulation de sa propre croissance.

Roland Perret Énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

Pratique solaire- Les origines

Peinture illustrant l'éveil de la rose par la pratique solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

L’enseignement universel

Il est très difficile de répondre à cette question. Je vous propose ici une piste de réflexion.
La réponse la plus pertinente à la question des origines de la pratique solaire est qu’elle provient de « l’Enseignement universel ».
Mais de quoi s’agit-il ? C’est une manière d’indiquer que son origine est sacrée et se perd dans la nuit des temps.
La pratique de l’éveil du soleil intérieur est probablement apparue dans la période où sa réalisation est devenue possible pour l’homme. On peut situer historiquement cette possibilité avec l’incorporation de l’âme humaine dans un corps physique capable de recevoir l’impulsion du « je » et de la volonté(1).
D’où provient l’Enseignement universel ? Il émane de la relation de l’homme avec les vagues humaines antérieures à sa propre vague évolutive, en général non incarnées (2).
Les plus anciennes traces écrites de ces enseignements se trouvent dans les Védas.
Les Védas datent au moins du XVe siècle av. J.-C., à peu près au début de l’âge du bronze chez nous. La tradition ayant été orale avant l’écriture, certains spécialistes datent de beaucoup plus loin la science védantique.
Cette connaissance aurait été transmise par canalisation aux sages indiens, les Rishis, puis transmise oralement jusqu’à nos jours. Véda signifie révélation.

Que nous révèlent les Védas ?

La formule védique la plus célèbre est l’équation « Atman = Brahman ».
Ne vous laissez pas impressionner par les termes sanskrits :
Brahman est éternel et à l’origine de toutes choses. La seule réalité absolue. L’essence immortelle de toute existence. Il ne faut pas comprendre l’existence de Brahman comme un être conscient ou d’une conscience absolue. Il s’agit plutôt d’une substance, une matière fondamentale, non consciente ni intelligente mais avec des caractéristiques d’expansion et de croissance. Cette matière n’a ni commencement ni fin. La richesse de sa croissance a permis des pics de complexité, des points de singularité d’où a éclot l’intelligence, la conscience et la volonté. C’est la naissance de l’être spirituel, l’être d’esprit. Pour ses besoins d’évolution, l’être spirituel, éternel du fait de sa composition brahmanique, crée une âme astrale qui elle-même créera les conditions d’incarnations successives dans des corps éthériques ou physiques dans différents mondes.
Pour l’homme incarné, l’Atman est l’âme cachée, le Soi, le « Je suis », l’être central calme, non affecté par les mouvements de la nature , soutenant l’évolution, tout en ne s’y mêlant pas.

Atman = Brahman

Il serait peut-être erroné de traduire l’équation «Atman = Brahman» par « l’homme = Dieu », mais plutôt par « l’homme est d’essence immortelle ». Il possède en lui une étincelle brahmanique qui est son origine véritable.
Le chrétien dira que l’homme est fils ou enfant de Dieu. De ce fait, il peut retrouver le «chemin du Père» c’est-à-dire qu’il lui est possible de retrouver ses qualités et pouvoirs d’être spirituel.
On peut aussi rappeler que « Le macrocosme est comme le microcosme ».
La présence de l’Atman est décrite ainsi dans les Védas :
« Tel est l’Atman qui réside en moi, résidant dans le lotus de mon coeur, plus petit qu’un grain de riz ou un grain d’orge, oui, encore plus petit qu’une graine de moutarde ou que le germe d’un grain de millet. Et cet Atman qui est en moi, résidant dans le lotus de mon cœur, est plus grand que cette terre, plus vaste que l’espace intermédiaire, plus vaste que l’espace céleste, oui, bien plus grand que tous ces mondes.(3) »
Nous retrouvons la base de l’enseignement de l’éveil  solaire :
DANS MON CŒUR SOMMEILLE UNE SEMENCE DIVINE.
L’autre formule védique célèbre est « Tat Tvam Asi », traduite par « Toi aussi, tu
es Cela ! »
En réalité, au-delà de notre moi connaissable et de nos identifications, nous sommes
ce « Je suis », ce soleil dormant dans notre coeur, l’Atman.
En affirmant que nous sommes l’Atman, nous affirmons notre essence immortelle et notre
filiation avec le Brahman, avec le royaume spirituel : Moi aussi, je suis Cela !

L’Affirmation solaire

Nous retrouvons l’affirmation solaire :
JE SUIS UN ÊTRE DE LUMIÈRE !
Il y aurait encore beaucoup à dire sur les origines de la pratique solaire. Un livre
entier pourrait lui être consacré en retrouvant les traces du Soleil intérieur à travers
les cultures et les mythes de l’humanité.

Roland Perret Énergéticien

« Ni par la parole, ni par la pensée, ni par la vision, l’Atman n’est connaissable. « Il est ! » Par cette formule on peut le comprendre, mais d’aucune autre façon.(4) »
« Celui qui connaît l’Atman est « l’agent de chaque chose, l’agent du Tout, le monde est à lui et il est ce monde même (5) »

(1) Rudolf Steiner place ce moment à la quatrième incarnation de la Terre, après les phases de la Lune, du Soleil et de Saturne.(ref: p 80-La Science de l’Occulte)
(2) La Science de l’Occulte décrit les vagues successives de l’involution dans la matière ainsi que la vie de l’homme à ces stades.
(3) Chandogya Upanishad (Sama Véda, doctrine de Shandilya)
(4) Katha Upanishad (Krishna Yajur Véda
(5) Brhad-Aranyaka Upanishad, IV, 4, 3

Publié le Laisser un commentaire

La parole du cœur

Peinture de Jordane Desjardins illustrant la douceur de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

LA PRISE DE PAROLE APRÈS UNE SÉANCE DE PRATIQUE

Lorsque l’on a pratiqué de façon suffisamment correcte, nous avons la plupart du temps la chance de ressentir une paix intérieure. Un équilibre bienheureux comme retrouvé, un état indéfinissable où nous constatons que nous n’avons plus besoin de rien. Et surtout pas de parler.
Nous avions perdu cet état de stabilité centrale, nous nous étions perdus nous-mêmes dans les filets de nos vies excentrées. Et après quelques efforts de concentration, de recueillement, de respirations conscientes, nous renouons enfin à nouveau avec nous-mêmes. Un silence bienheureux nous enveloppe et nous savons que cette lueur de sérénité est un trésor. Peut-être même le plus précieux de nos trésors.
En effet, cette paix nous ressource. Elle est un suc de vitalité, un baume sur notre vie émotionnelle. Il est donc bien logique de ne pas vouloir perdre cet état bienheureux.
Parce que nous avons vécu à chaque fois la dissolution de cette paix, constaté que nos paroles nous la faisaient perdre, nous maintenons le plus longtemps possible notre silence pour ne pas effaroucher cet état bienheureux. Nous avons remarqué que nos paroles frivoles, ou pire, intellectuelles, dissolvaient la grâce.
C’est vrai. Le silence est l’allié du chercheur de lumière.
Mais bientôt, soyons honnêtes, c’est souvent une question de quelques minutes avant que s’éteigne la force de notre flamme intérieure…
Oh, bien sûr, pendant quelques jours, nous bénéficierons, la plupart du temps, d’une plus grande énergie et d’une légèreté accrue. Puis elle aussi tendra à se dissoudre.
Mon propos est de vous permettre un plus grand maintien de votre force intérieure, de vous aider à faire pénétrer plus profondément en vous la lumière, le silence, la paix. Pour qu’un jour elle devienne permanente.
Comment faire ? Intégrer la paix plus profondément.
Pour cela. Il faut comprendre que le vrai silence est le silence du mental et des émotions. Une cessation des questionnements, des suppositions, des tergiversations, des projections, des émotions revêtues de substance de pensées et de toute cette tourmente de semi-pensées et de semi-sentiments informels.
Il est aisé de penser que le fait de ne pas parler est le silence, mais il n’est qu’absence de paroles.

Découvrez le vrai silence.

Paradoxalement, un des moyens de trouver le vrai silence est la parole. Mais pas n’importe quelle façon de parler.
C’est parler avec le cœur.
Pratiquement, il s’agit d’exprimer une vérité, comme par exemple, l’état dans lequel vous êtes, de la gratitude ou encore l’expression sincère de ce que vous venez de vivre. Mais vous laissez s’écouler les mots sur la base de votre silence. Centrés sur votre paix, n’ayant aucun besoin de parler, conservant la sensorisation de votre cœur, vous exprimez vos sentiments authentiques. Puis vous vous taisez à nouveau pour écouter les paroles d’un autre, toujours en maintenant le silence de vos pensées.
C’est l’apprentissage du « parler avec le cœur ».
Dans quelle meilleure circonstance, qu’au moment de votre paix retrouvée, pourriez- vous apprendre à exprimer la lumière qui est en vous ?
Et pourquoi est-ce si important ?
Pour intégrer la lumière dans votre être.

Comprendre qu’on peut s’exprimer sans perdre l’équilibre.

Faire perdurer notre paix intérieure dans le mouvement de la vie. La lumière de nos coeurs aspire à rayonner dans le monde, vers les autres. Nous avons besoin qu’elle illumine nos cellules et transforme en danse de joie nos manifestations.
Parler avec le coeur, c’est révéler et matérialiser la lumière.
Certes, l’exercice est délicat. Trop souvent, dès que l’aspirant ouvre la bouche, tombe sur lui la chape de son moi social et le silence se dissout.
Mais cet évanouissement adviendra de toute façon. Du moins tant que le cœur n’a pas atteint un certain degré de croissance. Alors, autant s’efforcer de nourrir notre centre, avec une émanation juste, des paroles justes, dans le maintien de la vibration solaire.

L’écoute véritable

C’est après ce temps du parler du cœur, que nos séances passent à une autre phase, où les questions deviennent possibles. Bien sûr, le pratiquant expérimenté s’exercera à conserver son silence intérieur et trouvera, dans cet espace privilégié, l’occasion de garder son flambeau allumé. Cela, c’est encore un autre apprentissage, c’est écouter dans le vrai silence intérieur, entendre l’autre, sans juger, sans réagir, cela, c’est « écouter avec le cœur »…

Roland Perret Énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

Le Chat dans la bouteille

Décryptage d'un rêve, le chat dans la bouteille, par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

ANALYSE D’UN RÊVE INITIATIQUE

Je me suis réveillé avec ce genre de rêve dont l’apparente absurdité nous étonne. Ce rêve était si étrange que l’envie me prit de le laisser flotter devant mon esprit pour tenter de le percer à jour. La meilleure des méthodes, je le savais, était de ne rien penser du tout, juste d’en maintenir ses images devant mon esprit silencieux.
Et là, ce fut une révélation fulgurante de profondeur ! Une leçon qui ne pouvait provenir que des plus hauts lieux de connaissance et de sagesse. Une leçon des maîtres…

Le rêve:

Il y avait un chat dans une bouteille étroite. Il était plié en deux, la tête vers le haut. La bouteille était remplie d’eau, le laissant à peine respirer. Il ne semblait pas souffrir mais plutôt attendre tranquillement qu’on le délivre.
Tout autour de la bouteille, il y avait des gens qui tentaient de faire sortir le chat de sa prison de verre. Les uns après les autres essayaient de le saisir par la tête ou les pattes antérieures, sans succès.
J’étais là à observer leur manège puis j’intervins.
« Vous ne savez pas vous y prendre, dis-je, je vais vous montrer ! »
Je m’avançai, saisi la bouteille et d’un geste franc, couchai la bouteille sur le côté. Toute l’eau s’écoula et le chat retrouva sa liberté !

Je vous avais prévenu, un bien étrange rêve…
Je vais pourtant pouvoir vous en révéler les clés telles qu’elles se sont imposées à mon esprit étonné.

La bouteille

La bouteille, c’est le corps de l’homme, son enveloppe, sa coque limitatrice. Ne sommes-nous pas enfermés dans nos limitations, bridés dans l’expression de notre être profond et véritable ?
Elle est en verre. Si nous pouvons voir à travers l’épaisse couche de verre de notre personnalité, nous n’avons qu’une vue déformée de la réalité à travers la couche épaisse de nos projections et autres conditionnements.

L’eau

L’eau dans la bouteille augmente encore notre manque de visibilité. Si l’élément terre est le symbole du corps, qu’est-ce que l’élément eau, si ce ne sont nos émotions fluctuantes, nos pensées plus ou moins informelles, l’astral-émotionnel ? La bouteille est remplie d’eau, elle prend trop de place, le chat ne peut sortir à cause d’elle. L’eau est l’image de notre personnalité, c’est notre moi, avec notre caractère, nos valises, les opinions que nous avons faites nôtres. C’est notre personnalité, mais notre petite personnalité, celle qui est enfermée dans la bouteille de nos concepts étriqués.

Le chat

Le symbole n’est pas courant… Sa signification s’est révélée avec fulgurance dans mon esprit. Plus tard, quelques recherches ont confirmé sa symbolique dans ce cas précis.
Si vous donnez « votre langue au chat », c’est bien parce qu’il est le gardien des secrets… Le chat en rêve est un symbole reconnu de liberté. Râ, le dieu solaire égyptien prenait la forme d’un chat.
À mon réveil, j’eus la certitude avec ce sentiment qui accompagne les révélations, que ce chat figurait le soleil endormi en l’homme, son moi divin, son essence divine, son véritable moi.
Seul l’homme peut l’éveiller.
Mais l’homme ne sait plus s’y prendre…

La foule

Personne ne savait comment faire, même les plus érudits ne parvenaient pas à sortir le chat. Tous essayaient de l’agripper et de le tirer par les pattes, avec force palabres et discussions.
L’humanité est savante de si nombreuses futilités et curieusement tellement ignorante lorsqu’il s’agir de l’essence même de son être.

Coucher la bouteille

Faire sortir l’eau du corps ! Quelle puissante manière de mettre l’accent sur la formidable transformation à opérer !
L’image de l’accouchement est venue plus tard en racontant le rêve, mais est tellement évidente : l’homme cherche à accoucher de lui-même. S’il ne sort pas l’eau, le chat divin ne pourra pas se libérer !
«  Je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » (Jean 3)
Il s’agit de renaître au Soi. Cette deuxième naissance est attestée par tous les enseignements sacrés et on nous parle d’éveil et de libération. Il faut nous libérer de notre « bouteille d’être ».
Le message le plus fort de ce rêve est de sortir toute l’eau de la bouteille. Elle doit être vidée entièrement.
Toute la personnalité ordinaire doit s’effacer pour permettre à la personnalité solaire de prendre sa place. C’est à ce prix seulement qu’on devient un véritable serviteur de lumière. « On ne met pas de vin nouveau dans de vieilles outres » (Matthieu).
Il s’agit bien, sans concessions, de se laisser laver par le vin nouveau et son ivresse, de se laisser transfigurer par le feu de l’Esprit. C’est à cette condition que l’Homme nouveau renaîtra, c’est à cette condition que le Moi divin en nous pourra reprendre son trône.
Les anciens rose-croix parlaient d’ « intervertissement des personnalités ».
Il s’agit de transformer notre eau en lumière par le feu de notre volonté et libérer Râ, le dieu-chat cosmique qui siège dans notre coeur.
La pratique solaire chauffe l’eau de la bouteille, elle la purifie, l’amène à ébullition puis l’évapore dans un bouillonnement de joie lumineuse.
Ce que ce rêve nous apprend en mettant l’accent sur le fait de coucher la bouteille, c’est de nous exhorter à oser changer de paradigme en prenant le contrepied d’un développement égotique, de quitter nos peurs liées aux changements et de se laisser transformer par l’énergie de la lumière.
Le coeur-soleil pourra alors déployer sa gloire.

Roland Perret énergéticien

Publié le Laisser un commentaire

Les trois mondes et la libération

Les trois mondes. Cosmologie par Roland Perret énergéticien. revelationducœur.com

LE DEUXIÈME MONDE

L’homme, par sa vie psychologique, est relié à une sphère psychologique vivante et autonome.
Les pensées et les émotions générées par le cerveau qui induit l’information correspondante par le système nerveux sont sous l’influence directe de l’ état vibratoire de l’ être. Cet état vibratoire dépend de l’assimilation, par la respiration, de substances éthérées en rapport avec le rayonnement de l’ être. Ces afflux magnétiques vont à leur tour influencer le niveau vibratoire du cerveau.
Cet apport magnétique dans le système humain est souvent en réalité un échange avec des agrégats plus ou moins conscients de notre sphère de respiration. De subtiles impulsions émotionnelles mentales nous sont proposées par ces entités dans notre système en échange de la nourriture éthérée que nous produisons grâce à la transformation de ces énergies dans notre corps.

UN EXEMPLE DE MANIPULATION PAR L’INVISIBLE

Prenons un exemple banal : Une personne de mon entourage fait tomber un verre qui se brise. C’était un de mes verres préférés… Aussitôt, une suggestion vive se lève en moi. Ce sera peut-être un fort agacement, voire de la rancoeur envers cette personne. Cette suggestion est créée par des agrégats semi-conscients en fonction de mes états non lumineux de faiblesse. C’est instantané, quasi automatique, mais ne nous y trompons pas, c’est un phénomène vivant.
Si j’accepte cette impulsion, elle fait son chemin rapidement dans mon organisme. Depuis le chakra de mon plexus solaire, par les glandes endocrines vers mon cerveau qui envoie des informations de malaise, de dysharmonie, de mal-être. Mon système nerveux a pris le relais et je sens très vite des symptômes physiques comme de la lourdeur dans le ventre, une tension dans la tête… Je dois absolument me débarrasser de cete charge ! Je vais pousser un «Oh noon !» dans le meilleur des cas et ainsi mettre à disposition de ces agrégats une nourriture dont ils raffolent comme la déception, la tristesse. Je l’ai soufflé hors de moi, je l’ ai exhalé et empli ma sphère de respiration d’un gaz toxique, délicieux pour certaines créatures.

L’AGGRAVATION SUGGÉRÉE


Mais le phénomène peut s’aggraver. Une autre suggestion va peut-être utiliser un point faible dans ma relation avec cette personne; «ce n’ est pas la première fois…, c’ est un manque de respect… » Si à nouveau, je tombe dans le piège, l’impulsion destructrice suit son chemin dans mon organisme et alors ce sera un : «Mais tu ne peux pas faire attention ?»
Et là, c’est parti pour le festin du côté invisible !
La personne est agressée et elle devra lutter pour garder son calme ou elle cèdera à la colère, ou encore se mettra peut-être à pleurer si c’est un enfant. Quoi qu’il en soit, si elle réagit, la situation va s’ envenimer. C’ est la guerre émotionnelle, le grand plaisir de nombre d’entités non-visibles dans notre sphère individuelle, constituées de forces antagonistes et binaires, reflet de la sphère mondiale des états émotionnels mentaux de toute l’humanité.
Nous sommes en tant que sphères individuelles en relation directe avec la sphère planétaire, la sphère-miroir vivante de nos états d’êtres et nous ne pouvons pas y échapper. Les émotions dégradées, vieilles d’ éons, gonflées par tant de constance ont pris forme dans cette sphère et ont besoin de se nourrir de la substance même qui les a créées.
Elles ont besoin d’ être libérées, dissoutes dans la lumière de la conscience. Mais tant que l’homme les nourrit dans son ignorance, elles seront tels des parasites, à l’affût continuel d’un moindre signe de faiblesse.

LE PROBLÈME DES RITES

L’humanité n’ a eu de cesse d’ essayer de se libérer de ce fléau et parmi ces tentatives, il a par exemple inventé les rites. Mais les rites, sur la base d’un état d’être non transformé par la lumière, appellent et invoquent des créatures en correspondance, dans le deuxième monde. Ces êtres sont devenus si rusés et si puissants grâce à la dévotion des hommes et ainsi par les éthers lâchés, qu’ils sont même devenus capables de prendre l’ apparence d’anges, de maîtres de lumière, de saints, du Prophète, du Christ ou de Marie en personne, pour mieux tromper leurs victimes.
Un fermier n’ abandonne pas le bétail qui nourrit sa famille…
Ces agrégats, qui ne sont pas d’essence divine, ont besoin de l’homme, leur créateur, pour se maintenir en vie.
Il n’y a pourtant pas de guerre a mener.
Il y a à libérer les êtres visibles et invisibles.
Il y a à se libérer soi-même.

COMMENT SE LIBÉRER ?

Si nous avons compris que tout part de notre état vibratoire, et que cet état dépend de la qualité de nos émotions, de nos désirs et de nos pensées, il nous faut découvrir notre pouvoir de changement radical.
Si l’homme émet un désir pur de lumière, de clarté, de beauté, rejetant les fausses réponses proposées par le deuxième monde, celles des apparences et des artifices, celles de ses faiblesses, celles qui confortent son petit moi chétif et empli de crainte, il s’ élèvera depuis son cœur une vibration qui trouvera sa correspondance dans le troisième monde. Depuis le monde divin, traversant le deuxième monde sans en être souillé, descendra un rayon puissant de lumière régénératrice, pour toucher l’ atome d’ esprit, le vestige divin endormi dans les profondeurs humaines.
L’impulsion du cœur doit être limpide, claire, intelligente, fondamentale.
Les éthers praniques de lumière pénètreront ainsi le système de respiration, puis de là les hormones concernées et ensuite le cerveau dans un processus inscrit en l’homme depuis sa naissance première. Le corps entier devient progressivement un placenta nourrissant pour un renouvellement glorieux de l’ être.
L’homme qui parvient régulièrement et avec constance à maintenir cet effort de lumière tout au long de sa journée est rare, très rare.
Peut-être aura-t-il la chance de rencontrer un de ces êtres qui sont parvenus à une liaison volontaire et permanente avec le troisième monde. Ces êtres précieux sont capables, par leur propre rayonnement, de nourrir la sphère respiratoire du candidat, de soutenir son effort pour l’accompagner progressivement vers la libération des mondes.

Roland Perret Énergéticien

Des reproductions  grands formats de ce visuel, ainsi que d’autres, sont disponibles ICI

Publié le Laisser un commentaire

Se réveiller de bonheur…

Peinture de Jordane Desjardins illustrant la douceur de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Et si vous vous réveilliez de bonheur… ?

Comment serait-ce possible ?
Cela impliquerait une modification en profondeur de notre intériorité.
Cela impliquerait d’être capable de tant de joie que toutes nos ombres disparaîtraient d’elles-mêmes
!
Nous cherchons tous le bonheur, et les plus avancés d’entre nous ont compris qu’il était
nécessaire pour y parvenir, d’opérer une transformation intérieure vraiment profonde.
 

COMMENT FAIRE ?

Mais où trouver la force, l’énergie et l’intelligence nécessaires pour une telle transfiguration ?
Si nous ne nous berçons pas d’illusions, la réponse est claire : nous n’y parvenons pas.
Au mieux, nous arrivons momentanément à nous élever, à nous rapprocher de ce but, qui est
l’objectif de toutes les sagesses mondiales.
Mais nous sommes incapables de nous maintenir en permanence dans cette vibration élevée,
qui est vécue parfois comme un moment de grâce… Nos ombres et nos petitesses nous
rattrapent toujours…
Et pourtant, nous sommes nés pour cette éclosion merveilleuse de l’âme, pour la joie
inconditionnelle.
Il y a en nous un centre, qu’on a appelé sous de nombreux noms à travers l’histoire et les
civilisations. Le plus ancien connu a plus de 2500 ans, c’est l’« Atman ». On l’a nommé aussi
le « Lotus », la « Rose », le « Soleil », le « grain de sésame », le « Graal » et on lui a donné
bien d’autres noms encore. Cité par toutes les disciplines spirituelles autant orientales
qu’occidentales, mais curieusement oublié, ce centre est situé au niveau du coeur. Non pas le
chakra du coeur, ni bien sûr le coeur physique.
 

LES CLÉS


Il y a trois clés pour opérer l’éveil de ce coeur solaire :
-Il faut apprendre à le situer, le ressentir, constater sa présence avec pragmatisme.
-Il faut apprendre à le nourrir, à le stimuler, à le faire croître.
-Il faut savoir recevoir la force de stimulation d’un frère plus avancé qui a réalisé jusqu’à un
certain point la transformation de son être et qui maîtrise l’énergie de son coeur.
Et puis il faut de la persévérance, de l’assiduité. La transformation s’opérera parce que tous
les hommes portent en eux cette graine, ce programme. Tous les êtres sont appelés à fleurir,
parce que c’est la fonction centrale, bien que trop ignorée, de ce qu’on appelle un Homme.
lotus
Publié le Laisser un commentaire

Notre véritable nature

Peinture illustrant la douceur de la pratique solaire par Roland Perret énergéticien https://revelationducoeur.com

Fatigué d’errer dans la plaine nappée du brouillard de mes pensées
Je m’assis dans l’herbe, cherchant à tâtons le cœur de mon monde
Je me souvins alors que j’avais à mon côté une épée de volonté
La lame jaillit, éclair illuminant mon ciel
Sa lumière dissipa les vapeurs atones, laissant apparaitre une fontaine à quelques pas.
Je m’en approchai
C’était une source de joie, étincelante de mille feux miroitants
Ô miroir, dis-moi qui je suis ?
Tu es celui qui n’a pas de forme, sinon celle de l’amour
Tu es le voyageur immortel
Et j’entendis et je remerciai le miroir
Ce fut alors que la voûte céleste se tendit en un doux sourire
Unifiant les particules dispersées de mon être, rassemblant la multitude
Pour me révéler le visage de mes amis, mes frères,
Architectes discrets de ma nature d’amour.

Roland Perret Énergéticien