Posted on Un commentaire

La différence entre la Pratique solaire et le Reïki

La question m’est souvent posée lors des conférences. S’il y a des ressemblances sous quelques aspects extérieurs, notamment lors les transmissions de lumière, la pratique solaire n’a rien à voir avec le Reïki occidental.

La pratique solaire, l’art d‘éveiller son soleil intérieur, ne recourt à aucun rituel.
À l’instar de beaucoup d’autres pratiques spirituelles, le Reïki utilise des symboles ésotériques, des mudras (positions des mains) et des sons pour arriver à provoquer des phénomènes perceptibles.
Il faut savoir qu’aucun rituel d’aucune sorte n’est anodin.
Même s’il n’y a pas de contexte religieux, le rituel, c’est-à-dire le recours à des formes, des dessins, des gestes ou des objets particuliers liés à un appel de forces est toujours une invocation de forces invisibles.
Or, l’invisible n’est pas toujours bienveillant, loin de là. Il faut savoir que les mondes dits « astraux » sont peuplés d’êtres qui ne sont majoritairement pas plus évolués que l’humain ordinaire. Les motivations de ces êtres sont diverses et la plupart du temps friands de certaines énergies dégagées par l’homme. Structurellement métamorphes, du fait de ne pas posséder de corps physiques, ces êtres peuvent prendre l’apparence qui convient à leurs fins, y compris même des formes angéliques et lumineuses. Les personnes influentes sont convoitées par ces créatures, du fait de l’opportunité de toucher un grand nombre de proies potentielles. Les enseignants spirituels ne dérogent pas plus à la règle que les dirigeants politiques par exemple ou les artistes de renom.
À cause de ce triste phénomène, si à ses origines, une pratique spirituelle peut être saine et sans danger, elle peut très bien se trouver « infestée » à un moment donné par ces usurpateurs qui recueilleront les effluves pourtant sincères de leurs dévots.

L’histoire du Reïki, à l’instar de nombre de pratiques dites spirituelles, semble bien malheureusement avoir suivi une telle évolution.
Le découvreur du Reïki, le japonais Mikao Usui (1865-1926) était un véritable pratiquant spirituel dont les facultés de guérison se sont ouvertes. Lorsque ce type de capacités s’éveillent, elles sont la preuve tangible de la transformation intérieure. Conformément à l’enseignement de nombreux maîtres authentiques, Usui enseignait que des manifestations devaient être considérées comme « des effets secondaires désirables » sans y accorder trop d’importance en soi.
Un élève d’Usui, Chujiro Hayashi, eut l’autorisation d’Usui de mettre l’accent sur l’aspect thérapeutique du Reïki. Mais celui-ci outrepassa ses droits et enseigna le soin Reïki en le modifiant à sa sauce. Nous pouvons voir déjà là le démarrage d’un processus pernicieux.
Le Reïki connut alors une scission en deux écoles.
-Une école spirituelle dans la lignée du maître Usui (actuellement l’école Usui Reiki Ryoho Gakkai au Japon),
-L’autre école est celle instaurée par Hayashi et c’est celle-ci, plus facile et moins exigeante, qui s’est répandue en occident. Sa caractéristique est de conserver l’aspect mystique des initiations, des rituels et des symboles et surtout de retirer de l’approche toute exigence de démarche spirituelle personnelle. Il n’y a pas d’enseignements dans ce Reïki mais une série d’initiations ritualisées.
Si on rajoute à cette déformation fondamentale la divulgation des rituels secrets en 1992, et de plus l’absence de toute règlementation dans ce domaine, on comprend l’engouement pour le public d’une pratique spectaculaire sans effort qui se retrouve rapidement, parfois en trois semaines, à un pseudo grade de maître pour autant qu’on y mette le prix. Prix parfois exorbitant qui encourage nombre de personnes à en faire une activité lucrative.

Dans une véritable pratique spirituelle, il s’agit toujours d’élever la vibration de sa propre architecture, de ses propres constituants physiques, énergétiques, émotionnels et mentaux.
Il n’y a pas d’initiations dans la pratique solaire, dans le sens où il n’y a pas d’alliance consentie avec des puissances dans l’invisible. C’est l’homme lui-même, dans son effort assidu et sa volonté de lumière qui stimule et éveille son soleil intérieur en relation avec l’énergie divine immanente.
Lorsque des capacités se développent chez le pratiquant d’un véritable travail spirituel, par exemple des facultés de soins, ce sera toujours du fait d’une véritable maturation, d’une authentique transformation, voire transfiguration du pratiquant, notamment sur le plan de la clarté et la pureté de ses sentiments et de ses intentions.

Vous voilà prévenus. Si vous êtes un chercheur de vérité sincère et désirez accéder à une spiritualité authentique, et non un fast-food spiritualiste, vous trouverez dans la pratique solaire ce à quoi vous aspirez. Si le Reïki vous attire vraiment, que ce soit pour des soins ou pour vous former à cette discipline, je ne saurai que vous conseiller de vérifier au moins la lignée de l’enseignant et son affiliation à l’école Usui Reiki Ryoho Gakkai au Japon. Mais je ne peux pas affirmer non plus, n’ayant pas de connaissance directe de cette école, que ce soit une garantie absolue. Vous trouverez facilement sur le net des témoignages sur des maladies graves attribuées à la pratique du Reïki, notamment chez les (pseudo) maîtres.

Roland Perret
Énergéticien en art solaire

Une réflexion au sujet de « La différence entre la Pratique solaire et le Reïki »

  1. Merci beaucoup pour cette “mise au point”, Roland
    Permets-tu que ce texte soit partagé sur ma page Facebook et comment procéder?
    Bravo pour la clarté et la pertinence de ton propos
    Anne Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *